Zemmour et le meeting d’Agen

Par lundi 14 mars 2022 Permalink

La fin de la semaine dernière a été un moment politique positif dans la campagne d’Eric Zemmour. Même si les sondages n’en font pas encore état, ceci augure plutôt bien des quatre prochaines semaines avant le premier tour de l’élection.Au moment où Emmanuel Macron se ridiculisait à Versailles, où il était brocardé par les journalistes ukrainiens qui se moquaient là-bas de son jeu d’acteur (et ils savent de quoi ils parlent!), où son clip vidéo hebdomadaire faisait flop, le Z montrait une véritable stature présidentielle.

Ce fut d’abord le débat contre Valérie Pécresse. Bien sûr, tous ceux qui l’ont regardé pensent qu’il s’agissait d’une lamentable foire d’empoigne. Mais les mêmes ont aussi vu la candidate LR s’acharner à pourrir la discussion. Si les journalistes ont tenté par malhonnêteté intellectuelle de renvoyer les deux candidats dos à dos, la cause de la médiocrité du moment en revenait exclusivement à la candidate. Non seulement elle se comporta comme un roquet, pour reprendre le mot assassin de Chirac qualifiant Fabius, mais on apprit par la suite qu’elle avait effrontément menti sur de nombreux points. que n’avait pas eu peur de soulever Eric Zemmour.

Avec l’histoire de l’œuf, non, non pas celui de Christophe Colomb, celui que Zemmour reçu sur la tête, ce dernier se comporta de manière exactement opposée à la façon dont Emmanuel Macron réagit quand il prit une baffe. Il montrait par là que lui savait garder ses nerfs et était capable d’en découdre avec n’importe qui, y compris quelqu’un du peuple. On remarquera d’ailleurs que les médias restèrent muets comprenant que ce moment bénéficiait plus à Zemmour qu’il ne lui nuisait.

Enfin le point d’acmé du week-end avec le meeting d’Agen ne déçut pas, au contraire. Le journaliste prouva que la formule du discours lui allait comme un gant. Il a la bonne attitude, il emploie les mots qu’il faut. Il est tout à fait au niveau d’un Jean-Luc Mélenchon ou d’un Jean-Marie Le Pen (perso je le trouve meilleur!). Et puis il y a ses conclusions qui galvanisent toute la salle… Allez je ne résiste pas à le citer (et ses tracts qui continuent imperturbablement à être mauvais maintenant avec la photo de Marion Maréchal(!) devraient en faire autant, à bon entendeur…):

“Mes chers ami, nous ne pouvons pas laisser la France s’effondrer 5 années de plus. Il en va de notre survie. Depuis 2017 Emmanuel Macron a tout fait pour que la France ne soit plus la France. La défiguration de nos paysages, c’est lui. Notre système de santé aux abois, c’est lui (c’est alors la foule qui le crie). Nos entreprises qui délocalisent, c’est lui. La fraude sociale incontrôlée, c’est lui. La fin de la méritocratie, c’est lui. Le grand remplacement, c’est lui. Oui, Emmanuel Macron se passerait bien de cette élection, il aimerait l’enjamber comme ils disent, mais comment croire une seule seconde qu’Emmanuel Macron puisse être réélu avec un tel bilan. Ne vous laissez pas influencer, intimider par les journalistes, par les médias, par tous ceux qui veulent vous imposer 5 ans de plus avec Emmanuel Macron. Peuple de France, j’ai besoin de vous. Il nous reste 28 jours. (…) 28 jours pour gagner, 28 jours pour que la France reste la France. je vous invite tous à venir à Paris, place du Trocadéro le 27 mars pour un moment inoubliable qui restera dans l’histoire comme celui d’un réveil d’un peuple qui rencontre son destin, comme celui du peuple qui n’a pas peur dans l’isoloir, qui ne croit pas à ce que les médias aux ordres lui raconte. Nous montrerons au monde entier que nous sommes un peuple fier et libre (…). La France qui se réveille c’est nous. La France qui prend sa puissance, c’est nous (c’est la foule qui le crie). La France qui s’élève contre le grand remplacement, c’est nous. La France des idées et de la vision, c’est nous. La France indépendante et souveraine, c’est nous. La France qui reste la France, c’est nous. La reconquête, c’est nous. Vive la démocratie. Vive la nation. Vive le peuple qui se lève. Vive la liberté et la souveraineté. Vive la république. Et surtout, et surtout, VIVE LA FRANCE!” Vous voyez! ça a de la gueule!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?