Zemmour Bourdin

Par mercredi 15 septembre 2021 Permalink 1

Il y a bien longtemps que je n’écoute plus le journaliste Jean-Jacques Bourdin qui s’est fait le héraut de la bien pensance et du mondialisme débridé. BFM lui va comme un gant. Mais comme ce matin il recevait Eric Zemmour, l’effort était à faire d’autant plus que l’interview s’annonçait être très différent de celui de Pascal Praud.

Avec Praud, avant hier, la question n’était pas sur le fond.  Il a tenté d’attaquer l’homme, pas très glorieusement d’ailleurs, sous-entendant plusieurs fois qu’il n’avait pas les épaules assez larges pour endosser le costume d’un chef, comme si nos derniers présidents dont l’analogie avec les rois fainéants de la fin de la dynastie mérovingiennes vient à l’esprit, étaient d’une autre envergure… On rigole jaune quand on voit leur bilan! Enfin, depuis que Zemmour a 10% d’intention de vote, Praud semble changer d’avis…

Avec Bourdin, l’antagonisme réside évidemment sur le fond. L’idole des médias mainstream en tant qu’immigrationniste convaincu, est frontalement opposé à Zemmour. Bourdin sert la soupe à tous ceux depuis quarante ans qui s’acharnent à détruire le peuple français et a participé à la fabrication d’un Emmanuel Macron en train maintenant de porter l’estocade contre la France. Il n’aidera pas Zemmour mais hélas pour lui et tant mieux pour nous, l’interviewé, rompu à l’exercice, a laminé l’intervieweur. Soyons franc! la tâche de Bourdin n’était pas facile depuis les ridicules que se sont donnés les Salamé et Ruquier ce week-end. Une trop grande agressivité l’aurait desservi même si il bouillait visiblement à l’intérieur. Alors Zemmour a déroulé son argumentaire dirigeant même le débat ce dont s’est offusqué un moment Bourdin qui évidemment, on a beau ne pas l’aimer on sait qu’il n’est pas idiot, qui évidemment donc s’en est rendu compte.

Si il est inutile de revenir sur l’analyse de Zemmour, il est bon de noter que compte tenu de ses origines d’Afrique du nord qu’il n’hésite plus à mettre en avant, l’angle d’attaque pour critiquer ses convictions est très difficile. Une assimilation réussie face aux millions d’autres qui achoppe, est en elle-même la caution pratique du discours intellectuel. Et puis bien sûr il y a toujours ce réel décrit par le putatif (pour le moment) candidat à la présidentielle auquel se heurtent ses détracteurs.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?