Zemmour à Saint Tropez

Par vendredi 13 mai 2022 Permalink

Eric Zemmour veut donc résolument s’inscrire sur le long terme. Il s’engage dans une deuxième bataille dans la 4e circonscription du Var puis ce sera au tour dans deux ans des européennes, une troisième bataille, puis ensuite des élections locales avant de repartir pour les présidentielles. A long terme on sera tous morts. A long terme, la France aura été islamisée.

Imagine-t-on De Gaulle général à Saint Tropez? ça manquerait de souffle.

“Surtout vive la France” pouvait laisser espérer quelque chose de bien plus volontariste, une attitude opportuniste tenant compte des événements terribles qui vont traverser le pays dans les temps à venir. Franchement j’espérais Bonaparte, mais je récupère Sieyès. Des essais le rendent célèbre comme le fameux “Qu’est-ce que le tiers-état”. En 1789 il est élu député, en 1792 rebelote à la Convention et il en est président en 1795. L’année d’après il est président du conseil des 500, il est réélu député en 1799 et puis il devient consul après le coup d’état du 18 brumaire. Belle carrière, mais encore?

Eric Zemmour a l’air de vouloir embrasser ce genre d’avenir sur le tard de politicien étant de toutes les manigances car, ne nous trompons pas, c’est ce qui arrivera si il est élu. A quoi ça sert? Pour lui certes il s’agit d’une deuxième vie surement palpitante faite de combinazioni et de petites magouilles pour imprimer sur le jeu politique. Mais pour nous citoyens qui criions avec lui, il y a quelques semaines encore, “SURTOUT, SURTOUT vive la France”?

On se retrouve avec la famille Le Pen bis qui fait depuis trente ans fructifier sa petite entreprise sur le dos des français qui sont de moins en moins chez eux dans leur pays et dont de plus en plus partent en exil. Si encore Zemmour voulait combattre dans une de nos banlieues sordides où certes il n’a aucune chance de gagner, mais où son panache, car comme on l’a vu dans les émissions de Morandini il est capable de panache, mais là où son panache, donc, le grandit…

Je croyais qu’il voulait vraiment changer la France. Son échec l’a probablement beaucoup meurtri et le parcours qu’il débute maintenant, le rend si prévisible qu’évidemment, il ne faut plus compter sur lui. J’ai crié “Zemmour président”, je ne crierai pas “Zemmour député”. Les français doivent dorénavant s’en remettre au destin. Bien que l’avenir ne soit jamais certain, le pire est probable.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?