Willem Van Hasselt (1882-1963)

Par samedi 30 avril 2022 Permalink

J’aime ces artistes étrangers engagés volontaires pour la France en 1914 qui obtinrent par la suite la nationalité française. C’était un temps où devenir français se méritait. C’était un temps où il s’agissait d’une fierté.

D’origine néerlandaise, Willem Van Hasselt fut de ceux-là. Installé à Paris après des études à l’académie royale de Rotterdam, il est engagé volontaire au service de santé militaire. Peintre, dessinateur, son travail très figuratif, post impressionniste s’oriente vers la représentation de figures, de paysages, marins souvent, de natures mortes, de scènes d’intérieur. Il expose régulièrement à Paris au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts, dont il est membre du comité. Il est dans l’entourage du peintre Maurice Denis. Il se marie avec une fille de la bonne société bordelaise. Élu membre de l’Institut à l’Académie des Beaux Arts à Paris en 1945, il devient membre du comité de l’Institut néerlandais en 1951, président des associations Fra Angelico et France-Hollande à partir de 1951, officier de la Légion d’Honneur en 1952, officier des Arts et Lettre en 1960, vice président de la Société Nationale des Beaux Arts à partir de 1961. Vous voyez, une vie tout ce qu’il y a de plus bourgeoise au service d’un art qu’il maîtrise bien.

Mais le temps est passé sur ce glorieux pedigree et de nos jours Willem Van Hasselt n’emballe pas spécialement les collectionneurs. Sa cote continue néanmoins de se tenir quand le sujet du tableau est séduisant comme c’était le cas cette semaine lors d’une vente listée organisée par la maison Audap & associés à Drouot qui présenta une gouache du peintre intitulée “Fin de journée, Bréhat 1939” (en une). 18 x 25 cm, elle fit 902 €.

Coté huiles, signalons, ci-dessous une vue de St Tropez de 1928 avec Annette Salomon cousant sur la terrasse, Annette Salomon étant la fille de Ker Xavier Roussel et la nièce d’Édouard Vuillard, 38 x 46 cm qui fit autour de 3500 € chez Beaussant Lefèvre, le 3 juin 2009.

Plus proche de nous, Le bassin d’Arcachon en 1928, huile sur toile, signée et datée 28, 38 x 46 cm présenté par le commissaire priseur Thierry de Maigret le 21 juin 2017 fut adjugé 1390 €.

Un dernier exemple avec cette scène d’intérieur, huile sur toile, 45 x 55 cm qui chez Tessier Sarrou à Drouot trouva preneur à 3556 € le 4 décembre 2019.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?