Vladimir Poutine président

Par lundi 19 mars 2018 Permalink 9

Avec un taux de participation en hausse par rapport à 2012, Vladimir Poutine a gagné sans surprise les élections présidentielles. La campagne occidentale anti russe de ces derniers jours n’a eu aucun impact, bien au contraire! Les deux candidats, après Poutine,  avec  des scores relativement significatifs, représentent des idées opposées à celles venues de l’ouest. Le nostalgique du communisme Pavel Groudinine fait près de 12% des suffrages exprimés et l’ultra nationaliste Vladimir Jirinovski 5 %.

L’économie russe ne va pas fort à cause des représailles organisées par l’Union Européenne et les Etats Unis à la suite de l’annexion de la Crimée et la guerre dans le Donbass en Ukraine, et au moyen-orient, du soutien au régime de Bachar el Assad en Syrie avec son corollaire l’alliance avec l’Iran chiite. Mais les citoyens russes sont fiers des choix de politique extérieure de Vladimir Poutine, de sa manière de ne pas s’en laisser conter. Pour un peuple, l’argent compte moins que le sentiment qu’il a de sa grandeur. L’Union Européenne se heurte à cette réalité en rabaissant tout à la financiarisation, à l’économique. Un taux d’inflation, un taux de croissance, un PIB n’excitent que les joueurs qui espèrent en tirer profit en pariant. Ce qu’aime un peuple c’est se sentir uni et fort. Les russes se sentent unis et forts. Leur atout principal est qu’ils sont toujours restés ce qu’ils étaient profondément depuis des siècles. Alors quand ils découvrent un bon chef, pas un bras cassé comme Elstine, ils sont d’accord pour se sacrifier en pensant à leurs enfants qui leur ressembleront, ils sont d’accord pour être derrière lui. Et ils chantent comme hier soir sur la place Rouge, des airs traditionnels séculaires qui leur donnent le moral et exaltent leur joie d’être russes. Ils n’ont pas besoin, eux, d’aller chercher des rappeurs venus d’Afrique pour fêter la victoire en tentant de refléter l’inexistante cohésion d’un pays! C’est avec le cœur de leur culture slave qu’ils témoignent de leur bonheur.

La Russie nous a donné hier une leçon. Peu importe les marginales petites magouilles qui ont pu avoir lieu au cours du scrutin et qui seront montées en épingle par nos médias aux ordres des multinationales qui contrôlent nos dirigeants! Il n’y a pas de honte à se sentir rassembler derrière un leader charismatique. Les russes continuent de ne faire qu’un derrière Vladimir Poutine. Ils ont beaucoup de chance.

Frédéric Le Quer