Vendôme de la justice

Par dimanche 6 juin 2021 Permalink 1

Je n’aime pas beaucoup le slogan du syndicat Alliance Police National “Le problème de la police, c’est la justice”. Il est digne du syndicalisme à la française tellement dans les clous de la bien pensance que les syndicats dans leur ensemble ont été totalement court-circuités pendant le mouvement populaire, s’il en est, des gilets jaunes. Il est évident que le problème de la police n’est pas la justice mais l’immigration. La justice ne fabrique pas les assassins, elle les juge, plutôt mal certes, mais avec les outils que le législateur lui a donné et ne tient pas l’arme qui tuera, ne se comporte pas en délinquante. L’insécurité vient à l’évidence en premier de ceux qui commettent des crimes et délits. Et puis franchement quand un magistrat vient dire que les procès verbaux des policiers sont très mal rédigés, on sent intuitivement quelque chose de vrai derrière ça, d’autant plus que le niveau général d’instruction baisse drastiquement dans tous les corps de métier.

Mais l’état macronien ne veut retenir que les messages simples par flemme et par habileté politique. Il ne s’agit pas pour lui de s’attaquer au fond du problème français représenté dorénavant par l’immigration qui appauvrit économiquement (des chiffres sur le PIB médian le montreraient) et culturellement (encore hier on apprenait que la plupart des élèves de 6e ne savaient pas ce qu’est une fraction) la nation. Comme d’habitude le président de la république et ses ministres veulent disserter sur l’écume des vagues successives nous détruisant. Après le Beauvau de la police, le Grenelle de la santé, le Grenelle de l’environnement, le grenelle de l’éducation, le grand débat national en réponse aux gilets jaunes et j’en oublie surement de leur grand-messe, voilà le Vendôme de la justice. Il n’en sortira rien, c’est absolument garanti. Le débat permettra surement néanmoins, c’est pour ça qu’il est organisé, de noyer le poisson sur le lien entre délinquance et immigration.

Si avec les enseignants le gouvernement donne des jours de congé pour avoir la paix, là il donnera un peu d’argent, d’autant plus facilement qu’il ne coûte rien pour le moment et il va surement s’étendre sur les féminicides, c’est à la mode et assez consensuel. Mais que ce soit les multirécidivistes, la réinstauration de la double peine ou encore les places de prison, questions liées directement à la justice et au bien-être de la population, nul besoin d’être grand clerc pour savoir à l’avance que, comme pour les autres raouts gouvernementaux, la discussion passera au travers pour ne pas gêner, pour ne pas avoir à constater le calamiteux bilan du président de la république depuis qu’il est entré à l’Elysée.

Frédéric Le Quer

PS: Je m’aperçois que je n’ai même pas cité le nom du garde des sceaux! Pas étonnant il est complètement dépassé, même pas bon à une campagne électorale de sous-préfecture…

PS: les mots “états généraux de la justice” sont si pompeux en rapport à ceux de 1789 qu’il était aussi complètement inutile de les mentionner dans l’article

Laisser un commentaire ?