Vaccination pour tous

Par lundi 31 mai 2021 Permalink 1

La vaccination pour tous contre le covid-19 est désormais ouverte.

Dans un concours hippique, lorsque le cheval refuse l’obstacle, le cavalier en est coupable le plus souvent ; il n’a pas la bonne position; le cheval a peur; il ne sert à rien de le corriger, l’animal se tresse.

Le gouvernement voit une partie des français refuser l’obstacle que constitue pour eux une éventuelle vaccination  . En effet, environ un quart de la population de chaque classe d’âge, bien plus chez les jeunes et on les comprend, ne veut pas être vacciné contre le covid-19. Les autorités ont décidé pour le moment d’ignorer ces anti-vaccins-covid pour continuer à montrer des résultats concernant la vaccination de masse encourageants. Il s’agit d’utiliser les stocks coûte que coûte. Il s’agit de montrer des statistiques tendant vers l’immunité collective en apportant la preuve que près de la moitié des français seront vaccinés courant juin. Peu importe que la plupart de ceux effectivement vaccinés ne risquaient déjà quasiment rien avant de l’être. Le gouvernement compte sur leur peur irrationnelle subtilement distillée pour combler les trous. Mieux même, il prévoit de re-vacciner ceux qui l’ont déjà été en janvier février. Quant à ceux qui l’ont été après, il envisage une troisième dose.

En fait le grand intérêt de la situation actuelle est de mettre en évidence le conflit qui existe entre le bénéfice collectif et le bénéfice individuel. Jusqu’à 50 ans sauf obésité maladive ou cancer, il n’y a pas de formes graves de la maladie. Son bénéfice individuel à être vacciné tend vers zéro. En revanche quand on a plus de 80 ans son bénéfice personnel est très bon.

Il devient donc clair que les moins de 50 ans qui se font vacciner, le font pour les 20, 25 % des plus de 80 ans qui n’ont pas voulu être vaccinés alors qu’ils ont un risque important. Ceux qui ne risquent rien et qui se font vacciner le font pour les autres, pour éviter éventuellement une plus grande circulation du virus.

Et entre 50 et 80 ans? C’est la plaine, le ventre mou où chacun voit midi à sa porte.

De toute façon, les voix s’élèvent pour corriger les réfractaires à la vaccination. Si il est question de leur interdire telle ou telle sortie, histoire de bien les enfermer chez eux, l’ultime coup de cravache sera de les forcer à prendre rendez-vous! Est-ce qu’ainsi l’épidémie disparaîtra? That is the question.

Frédéric Le Quer

 

 

 

Laisser un commentaire ?