Vaccination en trompe-l’œil

Par vendredi 7 mai 2021 Permalink 1

36 15 code qui n’en veut pour les malades en puissance du covid qui n’en veulent!

La nouvelle stratégie de vaccination (est-ce une stratégie?) des pays d’Europe s’adapte à la demande, une demande qui semble assez vite trouver ses limites. En Allemagne par exemple près d’un allemand sur deux de plus 70 ans n’est pas vacciné et 70 % des plus de 60 ans ne le sont pas non plus. Cela n’empêche pas le pays d’inoculer un million de doses par jour, un record sur le vieux continent.

Comme en France, les autorités sont désemparées et voient les limites de la vaccination par classe d’âge. Il y a trop de sceptiques non convaincus par le rapport bénéfice risque qu’ils se sont appliqués à eux-mêmes pour faire prévaloir une campagne vaccinale qui irait des personnes les plus objectivement en danger face au virus vers ceux qui le sont objectivement le moins. Le choix de la vaccination apparaît pour chaque citoyen une affaire subjective fonction de son mode de vie ou de son caractère plus ou moins hypocondriaque ou plus ou moins nonchalant. Quand des personnes âgées résistent toujours, des jeunes qui objectivement ne risquent pratiquement rien, sont prêts à tout pour une piqûre.

Cela arrange pour le moment très bien les responsables sanitaires qui cachent ainsi la poussière sous le tapis. Tous les grands pays de l’UE peuvent se targuer d’avoir administré plus de 20 millions de doses, mais avec une réserve  de taille: ces doses n’ont pas forcément été données à ceux pour qui elles étaient destinées au départ.  L’avantage majeur de cet infléchissement réglementaire est que des images d’une foule attendant impatiemment son vaccin peuvent être diffusées pour encourager la population réticente. Néanmoins, inéluctablement, si les vaccino-sceptiques continuent à l’être, il est évident que cet enthousiasme populaire un peu factice va retomber.

En fait, en France, bien qu’on continue d’opprimer les pensionnaires des EPHAD par manque de personnels soi-disant, seuls ceux-ci ont atteints l’immunité collective. Si aux Etats-Unis pour l’atteindre on n’hésite pas à rémunérer les candidats au vaccins, nulle part en Europe, on s’en approche. Les raisons sont nombreuses; il y a les anti vaccins bornés, il y a ceux qui ont peur d’une simple piqûre, il y a les méfiants qui se disent qu’on ne sait strictement rien sur les effets secondaires à long terme d’un traitement découvert en moins d’un an (à court terme le vaccin quel qu’il soit provoque des effets secondaires dans 70 % des cas!) et il y a ceux qui se projettent dans l’avenir et se réservent pour un coronavirus transformé et plus mortel. Cela fait tant de monde que partout les gouvernants cherchent des solutions comme celle de limiter les libertés individuelles des non vaccinés ou celle de rendre purement et simplement obligatoire la vaccination.

Il est certain que la législation va évoluer vers une atteinte encore accentuées envers les libertés individuelles. Est-ce que cela servira pour autant à endiguer l’épidémie? Rien n’est moins sûr avec l’arrivée de nouveaux variants résistants aux vaccins actuels.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?