Une vie politique surréaliste

Par mercredi 17 juillet 2019 Permalink 3

Dimanche dernier, la manière dont les médias ont relaté l’affaire des gilets jaunes sur les Champs Elysées, valait son pesant d’or. La fête nationale est devenue la fête de l’armée (!) qui n’en demandait pas temps, et les gilets jaunes en portant haut le drapeau de la révolution française se sont vus accuser de s’en prendre à la Grande Muette. Il s’agissait de cacher Emmanuel Macron derrière elle, lui éviter la première ligne et de discréditer un mouvement qui n’a jamais rien eu contre les militaires, au contraire. Les journalistes ont fait semblant de ne pas entendre les “Macron démission” qui n’ont cessé de fuser et se sont lancés avec une belle unanimité dans des explications tordues où le peuple devait être réuni et faire nation comme si le 14 juillet était une espèce de fête de l’indépendance à la manière américaine et ne commémorait pas la revanche des dominés sur les dominants. Noyer le poisson est devenu le mot d’ordre des rédactions pour éviter au chef de l’état d’être considéré comme une sorte de Louis XVI.

Mais le 14 juillet avec Macron est décidément toujours un peu surréaliste. En 2017, le général de Villiers aux avant-postes allait bientôt quitter ses fonctions. En 2018, c’était des clichés montrant ce jour là, Benalla, portant des dossiers avec le président de la république juste derrière lui, qui devait partir de l’Elysée quelques jours plus tard. Cette année, François de Rugy représente l’erreur de casting. Il était difficile de prévoir qu’il allait être démissionné en le voyant placer juste derrière le président de la république pendant la cérémonie du 14 juillet. Hélas pour lui, 48 h après il disparaît de la vie politique et restera sur les images de la fête nationale comme une incongruité. Une de plus. Se servir des frais alloués aux députés pour faire de la défiscalisation a été fatal au ministre de l’écologie! Ce n’est d’ailleurs pas ce tour de passe passe qui lui a été fatal mais le fait que cela se sache. Ils seraient en effet très nombreux à l’assemblée à faire la même chose. Et dire que nos médias nous assurent toujours que notre classe politique est remarquable de probité. Pourtant 5 715 € net par mois ne lui sont pas suffisants et l'”optimisation” fiscale marche apparemment à fond au palais Bourbon!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?