Un sentiment d’injustice répandu

Par mardi 21 janvier 2020 Permalink 1

Certaines inégalités n’entraînent pas le sentiment d’avoir été floué et peuvent même apparaître comme assez légitimes. Ce petit bout de la lorgnette permet à notre oligarchie de stipendier notre égalitarisme comme une passion française bloquant notre société dans un monde dépassé. Il est bien commode de s’exonérer ainsi de l’injustice sociale qui sévit comme un rouleau compresseur et dont les dégâts devenus intolérables poussent aux jacqueries actuelles.

La pire des injustices puisqu’elle décide du reste de sa vie, est le renoncement à la sélection au sein de l’école. Les élèves peuvent se targuer d’avoir tous un diplôme qui porte le même nom sans distinction de leurs capacités. Notre pseudo élite s’auto perpétue ainsi à grand coup de démagogie. Macron a accentué le phénomène avec des examens à la carte en fonction de là où on étudie pour que tout le monde puisse réussir un examen bidon. Le tri entre les individus ne se fait plus de manière républicaine en fonction de l’intelligence et des connaissances de chacun, mais comme il faut inéluctablement un tri, il se fait en fonction de la naissance et de l’endroit où on vit. La population n’est pas dupe puisque notre gratin, notre nomenclature, n’est plus aucunement respecté, personne ne croyant, avec raison, en sa supériorité.

L’immigration est une injustice aussi terrible puisqu’elle est subie par le peuple. C’était au peuple français d’assimiler les étrangers entrant en France. C’est maintenant au peuple français de s’intégrer aux étrangers entrant en France. Dans tous les cas c’est au peuple de faire la sale besogne et de recevoir les coups. L’oligarchie n’est pas vraiment concernée par ce qu’elle organise vivant dans un entre-soi qui la met à l’écart. Elle peut dérouler ses sentiments humanistes sans en faire les frais. A bon compte, elle diffuse des leçons de morale en n’étant de toute façon pas inquiétée directement par les troubles inhérents à ses choix. A bon compte, elle profite de l’afflux de main d’oeuvre permettant de diminuer le pouvoir d’achat du travailleur français mais en augmentant le nombre des consommateurs sur le territoire

Les terroristes islamistes qui tuent ou blessent l’un d’entre nous pratiquement toutes les semaines, doivent maintenant d’après nos ministres faire l’objet de la plus grande compréhension. Comble de l’obscénité, il s’agit de les rapatrier et de les secourir maintenant avec toute leur famille quand ils sont partis à l’étranger. Evidemment le risque n’est pas porté par Mme Belloubet et consorts mais très injustement par le prochain citoyen qui croisera la route d’un de ces pourris.

Les homicides, les tentatives d’homicide, les viols, les agressions de toute sorte explosent en France en 2019. La dégradation de la sécurité sur le territoire exacerbe l’injustice de traitement entre riches et pauvres. Le droit républicain à la protection des personnes et des biens n’est plus du tout garantie sur la plus grande partie du territoire mais seulement respecté dans quelques enclaves pour privilégiés.

Le pouvoir sabote les placements financiers sans risque comme le livret A des petites gens et défiscalise les placements financiers de haut vol concernant les riches. C’est à ceux qui n’ont pas le sou de payer la construction de logements sociaux!!! Quant à l’argument de Macron d’inciter les pauvres à avoir des actions et des obligations alors que chacun sait qu’à la prochaine crise ils seront les derniers avertis et paieront très cher les frais de leur spéculation, il prouve encore une fois que le cynisme du chef de l’état n’a d’égal que sa haine du peuple.

Si la justice est comme le souligne Paul Ricœur, « que chaque cas semblable soit traité de manière semblable et que chacun perçoive son dû dans des partages inégaux » (Ricœur, dans Rawls, 1987), les inégalités de traitement actuelles entre les catégories sociales sont le fruit d’un injustice qui ne peut rester impunie par ceux qui en font les frais. Et la révolte a commencé…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?