Un régime autoritaire s’installe

Par vendredi 16 octobre 2020 Permalink 1

L’atteinte drastique aux droits individuels organisée par le très libéral président Macron recommence sous prétexte d’une crise sanitaire, mondiale certes, mais quand même assez peu virulente. L’acceptation de la population, du moins celle qui suit la loi de la république, et non pas celle des quartiers qui se moque comme d’une guigne du pouvoir élyséen et qui suit la loi des caïds et du coran, cette acceptation donc est la cerise sur le gâteau de la dictature sanitaire s’organisant. L’histoire montre que l’être humain aime la force, aime être soumis par un régime autoritaire surtout quand le chaos menace comme chez nous. Emmanuel Macron s’engouffre dans la propension qu’ont les français à aimer lors de ces moments les pouvoirs directifs et après les avoir confinés au printemps, il leur impose un couvre-feu à l’automne.

Que les jeunes se plaignent de ne pas pouvoir sortir le soir, et chacun de penser que pendant les guerres leur situation était bien pire encore. Que les salariés en aient assez du télé-travail regrettant le temps où ils quittaient la maison  en ayant une vie sociale et chacun de penser qu’au moins eux, ils travaillent.  Que des grands parents ressentent avec tristesse l’absence des leurs et la fin des réunions familiales et chacun de penser qu’il en va principalement de leur propre santé. Que les noctambules rechignent à ne plus pouvoir sortir le soir au restaurant, au spectacle ou en boite de nuit et chacun de penser que la situation épidémiologique mérite bien un sacrifice.

Bref, ainsi s’installe en douceur une dictature avec le consentement de citoyens paralysés par une peur qui leur est distillée depuis plusieurs mois. Demandons-nous un instant ce qu’il en sera de nos libertés au sortir de l’hiver avec un coronavirus probablement plus virulent que jamais et un état incapable de faire face aux besoins médicaux qui en résulteront! La réponse fait frémir comme une mise en abîme.

Décidément si on veut vivre, il va être urgent d’accepter à nouveau la mort.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?