Un migrant nigérian et nos douaniers en Italie

Par mercredi 4 avril 2018 Permalink 3

Il y a quelques jours, les douaniers français ont couru derrière un migrant nigérian jusqu’en Italie. Ils le croyaient coupable de trafic de drogue, fait qui n’a pu être prouvé. Sombre histoire!

Alors que nos africains dealent presque impunément dans le métro parisien, nos gabelous franchissent les frontières pour récupérer un simple suspect. Evidemment aucun argument ne dit qu’il n’était pas loin de mal faire… Mais quand même, quel acharnement! Les italiens sont outrés. “Comment, comment, disent -ils en substance, nous avons chez nous un honnête nigérian et vous voulez nous le piquer!!! ça ne se passera pas comme ça. C’est un très grave incident diplomatique. Mama mia!” La politique intérieure italienne s’en mêle et la future majorité reproche aux sociaux démocrates de laisser entrer n’importe qui et en particulier des français! Donc l’entreprenant migrant avec des papiers italiens, converti certainement dans l’import-export vus les fréquents voyages vers la France qu’il effectue au point d’être connu des douaniers français, devient aux yeux des italiens et surtout des ong italiennes, avouons-le, une chance pour la péninsule, chance opprimée par une France probablement jalouse! Un businessman, ce n’est pas si fréquent! Bon, on ne sait pas trop ce que pense la population qui aurait peut-être préféré voir l’individu incarcérer en France, quitte à faire une petite entorse au droit territorial, plutôt que revoir le capitaine d’industrie rappliquer chez eux…

En tout cas ses futurs dirigeants sont très remontés de découvrir que leur frontière laisse passer des flics. Il faut dire qu’on se demande bien quelle bête a piqué ces fonctionnaires français à vouloir absolument ramener ce qu’ils pensaient être un voyou, au pays! N’en a-t-on pas assez dans nos prisons surpeuplées? Avec la fin de la double peine (merci Sarko!), comme on n’expulse plus les délinquants, s’ils veulent foutre le camp de leur plein gré ce n’est quand même pas plus mal! Pourquoi donc courir après? Si on doit aller chercher des crapules dans tous les pays limitrophes, même les bracelets électroniques n’y suffiront pas. Mais on est comme ça nous en France. Cette furieuse ardeur d’interpeller des coupables en puissance est une seconde nature! Bon surtout dans les Alpes Maritime, j’en conviens…. Dans les banlieues, la devise serait plutôt rien faire et laisser dire! Rien faire et laisser dire au point de finir par croire que la mission première des policiers est plus de mettre des contraventions aux automobilistes avec qui ils ne risquent rien que de traquer les voyous où là il en va de leur vie. Mais je m’égare…

Bon, aux dernières nouvelles, les italiens ont récupéré leur nigérian. Tout va bien. Nous, on se rattrapera bien. Ils sont des centaines à arriver tous les mois!

Frédéric Le Quer