Un leader à l’anti macronisme

Par lundi 30 décembre 2019 Permalink 1

L’évolution du climat politique est palpable même sur les chaines de télévision. Ce qui semblait impensable devient énoncer à voix haute. L’anti macronisme portée d’abord par les gilets jaunes et eux seuls se libère, touche les syndicalistes et maintenant quelques têtes d’affiche d’opposition. Ce n’est pas le Rassemblement National le plus virulent. A entendre la critique catégorique, désinhibée de Ségolène Royal qui attrape la colère du peuple, le pouvoir a du mouron à se faire. La question de sa perpétuation portée dans toutes les manifestations depuis un an avec le slogan “Macron démission” est en train de faire tache d’huile.

Marine Le Pen ne doit pas se laisser distancer. Tout le monde connait la politique de sa rivale, c’est celle de Hollande dont il n’y a rien à tirer et qui nous a amené Macron. Mais les français ont la mémoire courte et l’opportuniste Ségolène Royal pourrait profiter du péjoratif nom “Le Pen” pour s’approprier la colère populaire. Elle l’a fait hier sur LCI avec intelligence sachant rejeter en bloc les décisions du président de la république comme l’avait fait dans les années 70 Mitterrand à l’encontre de Giscard. Et reconnaissons que la chose est plus facile de nos jours! La volonté acharnée actuelle de détricoter le modèle social français est claire comme de l’eau de roche. L’opposant n’a alors plus qu’à détromper les français qui pensent encore qu’il s’agit d’améliorer les résultats économiques pour faire perdurer un certain bien être. Non, il s’agit juste de bien diriger l’argent vers les riches en appauvrissant l’ensemble de la population française. Emmanuel Macron n’est pas là pour diminuer le chômage, améliorer le pouvoir d’achat, faciliter l’accès aux soins ou cultiver la jeunesse. C’est tout le contraire. Il détruit et aggrave non par bêtise mais par mauvaises intentions. Sciemment il appauvrit les français. Sciemment il réduit leurs libertés dans tous les domaines. Sciemment il les divise en favorisant l’immigration outrancière. Sciemment il les abêtit avec une éducation de plus en plus déplorable.

Les médias soutiennent encore le régime mordicus. Tous les éditorialistes sont derrière le pouvoir. Gagnant des dizaines de milliers d’euros par mois, comment pourrait-il en être autrement? Mais la macronie est laissée à son propre crépuscule par les français qui n’adhèrent plus à la propagande officielle. L’anti macronisme radical est dorénavant la voie de la conquête du pays.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?