Un an de présidence Macron

Par mercredi 9 mai 2018 Permalink 6

La présidence Macron a eu une effet immédiat auquel les électeurs ne s’attendaient pas: augmentation des impôts directs et indirects pour les classes moyennes. Tout est devenu insupportable de la CSG des retraités aux taxes sur le diesel sans parler des amendes pour excès de vitesse qui vont tomber comme à Gravelotte à l’image de celles pour stationnement interdit dont se délectent les municipalités pour compenser la baisse des dotations aux collectivités territoriales décidée l’été dernier par le gouvernement. La hausse des prélèvements sur l’ensemble de la population supplée les cadeaux faits aux grandes fortunes, colonne vertébrale du macronisme. Les Républicains ont calculé + 4,5 milliards d’euros d’impôts alors qu’ils étaient sous Hollande déjà à leur plus haut niveau historique. L’intérêt des “très riches” s’est substitué à l’intérêt général.

L’élection présidentielle manipulée par les médias a rendu possible  cette attaque des dirigeants contre le peuple. Le retour à une croissance orchestrée par la BCE a fait le reste. L’oxygène des taux zéro a donné quelques mois l’illusion de la reprise, mais les chiffres montrent que l’économie mondiale s’essouffle déjà malgré le traitement de cheval des banquiers centraux. L’avenir va encore être plus dur d’autant que l’immigration n’a jamais été aussi élevée et que seules les classes populaires en paient le coût par des salaires qui stagnent ou régressent, par une contribution financière en faveur des nouveaux arrivants qui croissent, par une identité nationale qui disparaît.

Emmanuel Macron et le gouvernement Philippe mettent la France en lambeaux pour plaire à une élite mondialisée, hors sol, attachée à faire subir tous les désagréments économiques présents et à venir aux populations pour pérenniser sa domination. Les électeurs qui n’ont strictement rien compris à l’enjeu en 2017, commencent un an après à réaliser l’erreur qu’ils ont faite. Les sondages le montrent. Les mouvements sociaux aussi. Les médias tentent de flatter l’action présidentielle à l’international mais se heurtent au réel: aucune des grandes déclarations présidentielles n’a un quelconque impact sur les relations internationales et la France n’est qu’un pion dans l’OTAN et même l’Union Européenne.

Après un an de macronisme, les français sont plus précarisés que jamais. Pire une jeunesse ne moins en moins éclairée par une éducation nationale ayant perdu toute exigence rend le processus révolutionnaire compliqué. Plus le peuple attend, et c’est une première depuis deux cents ans, moins il aura les moyens intellectuels de contrecarrer le sens actuel de l’histoire indéniablement en faveur de ceux qui ont gagné la lutte des classes, les milliardaires. La temporisation des corps intermédiaires est une traîtrise à l’égard du peuple car c’est maintenant ou jamais l’heure de tout chambouler.

Frédéric Le Quer