Surtout vive la France

Par lundi 6 décembre 2021 Permalink 8

L’après-midi commença avec Jean-Luc Mélenchon. Il parle bien, Mélenchon, il a de drôle de trouvailles comme celle où à propos d’Eric Zemmour il dit qu’on a connu les ennemis du peuple et qu’il y a maintenant des ennemis du genre humain! ça n’a pas beaucoup de sens mais la méchanceté fait rire. Il est plus profond quand il s’agit de fustiger les élevages intensifs et de mettre en garde contre les nombreux virus à venir qui passeront des animaux sauvages à l’homme par cet intermédiaire. Il est sincère aussi quand il parle de malbouffe et des maladies qui en résultent même si je ne peux m’empêcher de penser que la bêtise humaine y a sa place quand on voit les consommateurs un peu fous faire leurs courses dans des hard discount pour acheter le moins cher possible ce qu’ils vont ingérer pour avoir la possibilité de s’offrir ensuite des vêtements de marque hors de prix! Le reste du discours était, on ne peut plus, mélanchonesque sur les classes sociales, le nucléaire et la société. Concernant l’école, il ne semble pas comprendre que pour transmettre le savoir vers les masses populaires, deux éléments indissociables sont nécessaires un professeur bien sûr et un élève sérieux qui daigne vouloir s’approprier la culture française alors qu’on sait bien que dans certains quartiers seul le coran les intéresse. Ce qui nous mène tout droit à ses propos sur le couscous, l’Afrique du nord et le Maghreb qui parsèment son éloquent discours, au point qu’on se demande un peu, après sa trop longue tirade sur la créolisation, de quel pays exactement il veut devenir président (je lui conseillerai la Libye, ils semblent chercher là-bas l’homme qui tombe à pic!)! Bref,Mélenchon est perdu, ne comprend plus rien à la France vivant depuis trop longtemps dans un monde privilégié, Mélenchon fera 10%, salut à dans 5 ans!

Ensuite ce fut au tour d’Eric Zemmour qui s’est pris pour Johnny en laissant la salle se chauffer avant d’apparaître en rock star. Mais qu’est-ce que ce fut bien! Quelle délivrance quand il a commencé à nous parler de la France! Avec lui on sait de quel pays il veut devenir président. Quelle émotion chacun ressent à son évocation d’un monde disparu! Quelle franchise! Quelle éloquence! Bien sûr comme tout le monde j’avais un peu peur, même si sa déclaration de candidature du début de semaine m’avait rassuré, de voir ce petit bonhomme mettre ses pas dans ceux de Mirabeau, Danton ou Robespierre. Était-il un tribun? Serait-il capable d’émouvoir les milliers et les milliers de personnes venues l’écouter. Tiendrait-il la salle en haleine? Oui, oui, oui! Oui à tout! Zemmour président! Voilà deux fois cette semaine qu’il me met les larmes aux yeux. Enfin un candidat qui aime la France avant d’aimer son ambition personnelle. Chacune de ses phrases est pour elle. Chacun de ses mots résonne dans notre vécu. Il parle juste parce qu’il dit ce qu’il pense. Cette sincérité visible sur les plateaux de télé éclatait à la face de la foule. Il n’y avait pas besoin d’un programme très construit. Un cap. Eric Zemmour proposait un cap et voulait tenir la barre en dirigeant la mission de refranciser la France. Les français qui l’écoutaient, étaient transcendés non pas en se disant qu’ils deviendraient plus riches mais que la France serait plus belle avec lui. Quelle grandiose objectif! Comme chacun a frissonné quand le candidat a parlé du “plus beau pays du monde”! L’abnégation, l’oubli de soi devenaient des aspirations consensuelles. La grandeur devait être retrouvée puisque toute notre histoire l’exigeait. Le réactionnaire Eric Zemmour en hurlant son amour de la France ne nous parla pas de grand soir mais de révolution culturelle. Et chacun la souhaitait aussi vite que possible.

Alors vive la république et surtout, surtout vive la France!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?