Suicide

Par jeudi 3 octobre 2019 Permalink 3

La télévision informait hier comme pour justifier de la grève des policiers qu’une cinquantaine d’entre eux s’étaient donnés la mort depuis le début de l’année. Une cinquantaine… Ce terme d’une légèreté consternante témoignait à lui seul combien ces gens devaient être seuls dans l’exercice de leur profession! Le journaliste arrondissait! 49 individus, 49 êtres humains qui sentaient leur vie vaine, s’étaient tués. 49, pas une cinquantaine comme si ces gens même après leur mort étaient encore dans la politique du chiffre!

Aujourd’hui c’est au tour des directrices et directeurs d’école de Seine Saint Denis de faire grève. Une de leurs collègues s’est suicidée le week-end dernier en mettant en cause ” les demandes sans queue ni tête, les tâches chronophages, les incidents avec les familles… Et l’absence de soutien de la hiérarchie.”

Rappelez-vous! C’étaient les pompiers il y a quelques jours…

Et toujours ce personnel hospitalier qui ne supporte plus ses conditions de travail!

Tous ces gens qui ont eu, un moment de leur vie, un besoin d’altruisme, le goût de se ranger au service de la communauté nationale, sont maintenant si dépités qu’ils ne trouvent aucun sens à continuer. Le suicide devient leur unique échappatoire. Quand il n’y a plus d’identité française, il n’y a plus de raison de servir son pays. En vérité on ne s’est plus ce qu’on sert quand ceux qu’on est sensé aider ne veulent pas de vous. Il devient même incongru de mettre des françaises de souche par exemple à la tête d’écoles situées dans les enclaves musulmanes. Elles n’ont strictement rien à y faire sinon prendre des coups. Cette dame qui vient de mourir en a trop pris. La France est parcellisée. Nos dirigeants doivent en prendre acte car la seule manière de garder une France éternelle est maintenant d’abandonner des pans entiers du territoire.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?