Statistiques ethniques ou presque

Par mercredi 25 août 2021 Permalink 1

Des statistiques ethniques très édulcorées sont apparues dans le journal Causeur sur la base de chiffres de l’INSEE. Si elles sont édulcorées ce n’est pas la faute du journal, mais de la loi qui les interdit et qui ne sont dévoilées que par des biais de nationalité d’origine qui ne concerne même pas les grands parents. En plus elles datent de 2017 donc il y a aujourd’hui au moins 2,5 millions d’immigrés supplémentaires réguliers ou irréguliers sur le sol français. ça va très vite!

L’ampleur du grand remplacement dont chaque citoyen se rend compte en ouvrant les yeux dans la rue, est cependant cette fois révélée en chiffre. Quelques endroits du territoires y échappent un peu. “Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient atteints” comme dirait La Fontaine!

Mais en général, la francité a du plomb dans l’aile. Les chiffres corroborent l’impression. Sauf à vivre dans des quartiers riches des grandes villes ou à la campagne, rien de ce qui est étranger n’est épargné aux français de souche. Mieux même! Quand on parle d’intégration dans certains endroits, celle-ci ne concerne strictement pas les personnes issues de l’immigration dorénavant chez elles mais les français de souche égarés sur un territoire étranger de fait et souvent hostile.

La situation ne fait en plus qu’empirer, les pourcentages fournis témoignant mal de l’ampleur du désastre. Par exemple à Paris puisque la ville est mise en exergue dans l’enquête, les 0 – 18 ans porte de Clignancourt sont pour 72% issus de l’immigration. A Lamarck – Caulaincourt, juste à coté, ils ne sont que 12 %. Mais les chiffres bruts plutôt que les pourcentages montreraient à l’évidence qu’il y a tellement plus de jeunes à Clignancourt qu’à Lamarck – Caulaincourt que les 88 % de français de souche dans ce quartier ne représentent pas grand chose par rapport à ceux de Clignancourt. Par ailleurs le taux de natalité des personnes issues de l’immigration est sans commune mesure ace celui des français de souche.

Bref sans changement radical de politique migratoire, i. e. arrêt de l’immigration et remigration, là, tout de suite en 2022, la France deviendra inéluctablement le Francistan. Le pays est incontestablement une tête de pont en Europe. L’UE ferait surement mieux de changer de politique avant que le reste du vieux continent ne soit comme nous, en voie de disparition.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?