Sorcellerie et magie

Par jeudi 1 novembre 2018 Permalink 1

Le moyen-âge a longtemps raillé le diable à qui les contes médiévaux prêtaient une famille et même une belle mère! Il a fallu attendre le XIIe siècle pour voir sa puissance maléfique se développer avec des tableaux montrant Satan d’une bestialité effrayante tourmentant St Antoine dont les démons attaquent la vie contemplative dans le désert sans qu’il ne cède. Si le XIIIe siècle avec son inquisition ne s’en prend pas réellement aux sorcières, à partir du siècle suivant tout bascule à la suite de tragédies comme la peste noire, la guerre de cent ans, le Grand Schisme et les guerres de religion. De ce moment, les exemples de sorcières suppliciées s’accumulent partout en Europe, jusqu’à ce que le siècle des lumières ramène la sorcellerie à sa dimension de superstition.

Les pratiques sont néanmoins restées vivaces encore aujourd’hui et lorsqu’est dispersée une collection concernant la démonologie, l’alchimie, la pyrotechnie, les plantes, la magie noire et les loups garous, les convoitises d’amateurs français, italiens, russes, japonais et américains s’exacerbent. Un volume intitulé Donum dei, du XVIIIe, de 59 pages petit in 4°, (retranscription en latin d’un texte du XVe) d’une très fameuse collection (Bibliothèque Eric Gruaz) orné de figures en couleur telle celle en une fut adjugé chez Binoche et Giquello à Drouot, le 28 avril 2017, 14 065 €. De cette même bibliothèque au cours de la même dispersion, un manuscrit en latin du XVe avec une reliure du XIXe siècle, intitulé Biblia integra manu scripta, ci-dessous fit 36 830 €.

De la sorcellerie à la magie, il n’ y a qu’un pas que les amateurs franchissent souvent. Un collection dispersée à Chartres par Galerie de Chartres ovv, le 4 mars 2017, créa aussi l’engouement des collectionneurs avec par exemple cet automate fakir imbattable aux échecs dans les années 1950, ci-dessous, h 144 cm, qui fut adjugé 10800 €

ou cette mystérieuse affiche lithographiée de l’homme invulnérable Chung Ling Sco de son vrai nom William Campbell, qui dans son numéro était la cible de revolver. Il en mourut d’ailleurs un soir de 1918. Elle fit 4 800 €.

Terminons par cette beauté sauvage, une française appelée Ionia, la déesse du mystère, qui faisait ses tours au début du XXe s dans un spectacle de style égyptien et dont l’affiche ci-dessous fut décrochée pour 4560 €.

Frédéric Le Quer