Sentiment d’insécurité vs ensauvagement

Par jeudi 3 septembre 2020 Permalink 1

Tout le monde sait ce qu’il faudrait mettre en chantier pour sécuriser les français. Arrêter l’immigration, expulser les étrangers sans ressources légales, expulser les étrangers dès leur premier crime ou délit, incarcérer systématiquement tout français délinquant en fonction du méfait perpétré, construire des prisons. Ce n’est pas une politique nazi. A New York pour rendre la ville aux new yorkais la police dans les années 70-80 incarcérait systématiquement tous les délinquants. Le Danemark fait en ce moment la même chose avec succès. Beaucoup de pays (ou provinces comme la Sicile) de l’Union Européenne refuse toute immigration. La plupart des pays de l’UE ont suffisamment de prisons pour faire exécuter les peines données par leurs magistrats aux criminels.

La France a juste besoin d’une politique qui demande de la rigueur et la conscience claire par les dirigeants de la souveraineté de leur état et de leur capacité à agir car on sent bien qu’ils ont l’impression de ne plus avoir aucun impact sur les choses de la vie. Après quoi, un musulman jeune ou vieux pourra toujours préférer la charia aux lois de la république, de toute façon il sera bien obligé de respecter ces dernières. Ses croyances et ses sentiments n’auront d’importance que pour lui-même sans plus diffuser dans l’espace public que ceux des chrétiens ou des bouddhistes. Le vivre ensemble n’est pas naturel mais peut devenir une éventualité en civilisant les sauvages.

A la place, au lieu de prendre des décisions volontaristes, exigeantes, le gouvernement nous amuse avec une querelle de mots ( sentiment d’insécurité contre ensauvagement) entre Dupont-Moretti et Darmanin. Le “en même temps” de Macron avec l’angélisme du garde des sceaux teintée d’une certaine suffisance en insinuant que ses concitoyens sont des froussards, et l’autoritaire, enfin autoritaire on se comprend plutôt agité d’ailleurs, ministre de l’intérieur est nécessaire pour ménager la chèvre et le chou par peur de se priver de tel ou tel électorat. In fine, évidemment la protection des citoyens sera assurée aussi négligemment que maintenant et, prudence étant mère de sûreté, les français se sachant aucunement défendus s’interdiront d’aller dans de plus en plus d’endroits sur leur propre territoire de peur d’y être attaqués. Le sentiment d’insécurité a peu à voir avec un bon coup de couteau dans le ventre ou entre les omoplates!

Il n’y a donc strictement rien à espérer du bavardage médiatique actuel. Ils causent, ils causent pas, tu crèves quand même!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?