Ségur de la santé

Par lundi 25 mai 2020 Permalink 1

Dans les jours à venir il n’y en aura que pour les hôpitaux avec le Ségur de la santé. Les grands mots cachent toujours de petites choses. D’ici à ce que les soignants se fassent balader, il n’y a pas loin.

Comme ils sont exaspérés par l’idée de défiler le 14 juillet avec une médaille, ils défilent dès maintenant derrière des banderoles revendicatives. Le gouvernement court derrière le personnel hospitalier avec maladresse. Par exemple, l’inégalité de traitement entre ceux qui toucheront 1500 € et ceux qui n’auront que 500 € n’est vraiment pas maligne. Elle passe d’autant plus mal que la distribution ressemble un peu à la prime à la casse en ne prenant pas en ligne de compte l’intelligence des hôpitaux qui ont su gérer la pandémie en amont et qui ont donc été moins débordés. Pour toucher l’intégralité de la prime il faut avoir été débordé!

Sinon les rédactions journalistiques sont en train de pleurer sur l’absence de médecins traitants dans la population de Seine-Saint-Denis tendant à nous faire croire que notre diversité est moins bien soignée que les autres citoyens. Peut-être aurait-il fallu s’émouvoir de voir l’accès de nombreux quartiers de moins en moins libre à tout ce qui peut vaguement représenter l’état français, peut-être aurait-il fallu s’émouvoir de constater que les cabinets médicaux sont très souvent l’objet de pillage, peut-être aurait-il fallu s’émouvoir des incivilités répétées à l’égard des médecins dans ces quartiers. On n’a pas fait 10 ans d’étude pour se faire taper sur la gueule. Les médecins fuient bien que ceux qui ont le courage de tenir gagnent énormément d’argent avec des salles d’attente tous les jours bondées. Simplement il ne faut pas avoir peur…

Mais ne nous affolons pas, les gens de Seine-Saint-Denis sont tout aussi bien soignés, voire mieux soignés qu’ailleurs en province et les urgences des hôpitaux en savent quelque chose! Mais ceci n’est dit que dans l’entre-soit, évidemment. Il reste les cas de covid qui ont été très nombreux. Mais l’explication vient qu’au départ ils ont cru que c’était une maladie de blancs et ont refusé le confinement.

Alors un Ségur de la santé, c’est très médiatique, une idée de communicant, mais le problème est dans la société française, dans ce qu’elle est devenue, dans sa désormais substantifique moelle. Et comme le pouvoir est incapable de proposer aucune solution, tout ça se réglera comme avec la police et une revalorisation salariale grâce à l’argent de la BCE, ce qui fera taire tout le monde jusqu’à la prochaine fois.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?