SARS-COV-2 et chauves-souris

Par mardi 22 septembre 2020 Permalink 1

Alors que la moitié de la France est désormais classée en zone rouge à cause de la circulation active du coronavirus avec plus de 50 cas pour 100 000 habitants dans les régions concernées et des services hospitaliers inquiets, l’origine de l’épidémie reste encore sujette à controverse.

Si le SARS-COV-2 se retrouve dans la chauve-souris, il manque un maillon pour arriver à l’homme d’où l’hypothèse en France d’un pangolin lécheur de chauves souris mortes car ces animaux sont porteurs de virus capables de pénétrer les cellules humaines ce qui n’est pas le cas des chauves souris. Si la France s’axe particulièrement sur le pangolin c’est sans doute par politiquement correct (!) puisque les pays anglo-saxons se focalisent eux sur le chameau, les virus portés par le pangolin leur semblant trop éloignés du SARS-COV-2. Quoiqu’il en soit depuis sa découverte en 1931 chez des poussins, le coronavirus est une histoire de maladie infectieuse animale transmissible à l’homme (zoonose). Cela n’interdit pas de concevoir qu’un tel virus venu de la chauve souris se soit adapté par passage en culture de cellules humaines in vitro dans un laboratoire et se soit échappé par inadvertance lors d’un incident de biosécurité. On peut aussi en poussant l’hypothèse voir une intention délibérée de modifier un virus. Mais la Chine ne laissera jamais filtrer de telles informations que les médias occidentaux ne sauraient d’ailleurs voir. La thèse la plus osée, celle du professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, qui avance l’idée de chercheurs chinois tentant de fabriquer un vaccin contre le SIDA a été d’abord niée catégoriquement par l’institut Pasteur puis immédiatement étouffée au cas où ça ne suffirait pas compte tenu du discrédit du corps scientifique depuis le commencement de la crise sanitaire.

La biologiste cheffe de file de la gauche marocaine, Nabila Mounib, résume, de manière un brin complotiste et anti française, les abysses dans lesquels pataugent la communauté scientifique concernant le SARS-COV-2: “Nous ignorons si ce virus est le résultat d’une mutation naturelle ou d’une manipulation génétique en laboratoire. C’est connu, il y a 25 laboratoires internationaux qui font ce type d’expériences (…). Mais pour le moment, nous ne savons pas de quel laboratoire exactement serait sorti le virus. Certains affirment qu’il provient de France car ce pays a financé un laboratoire à Wuhan. Rien ne nous empêche donc, nous autres Marocains, de nous interroger sur les origines du nouveau coronavirus”.

Elle a raison, il faut s’interroger mais tout l’empêche… En attendant les derniers chiffres de l’épidémie annoncent 64 décès pour 100 000 habitants au Royaume Uni, 61 décès pour 100 000 habitants aux Etats Unis et 46 décès pour 100 000 habitants en France.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?