Samuel Paty, un déclencheur des consciences

Par lundi 19 octobre 2020 Permalink 1

Il semble désormais évident que l’Education Nationale était au minimum très divisée sur l’attitude à avoir vis à vis du cours sur la laïcité donné par l’enseignant Samuel Paty. Cette administration infiltrée par l’islam était en partie réceptive aux arguments intolérants déniant le droit au professeur de montrer les caricatures de Mahomet pour parler de liberté d’expression. Jean-Michel Blanquer, gêné aux entournures, dément toute menace de sanction à l’encontre de M. Paty. Mais la réalité saute aux yeux: le professeur décapité était seul.

Ils avaient bonne mine tous ces hypocrites à se rassembler hier comme à chaque tragédie en clamant leur désir de vivre ensemble. Un beau rassemblement de lâches! Contre des soldats en guerre, les soldats de l’islam, répondre par de bons sentiments est une capitulation. La guerre ne comprend que la riposte forte, violente, sans concession. Il faut mater l’envahisseur et lui faire baisser la tête jusqu’à ce qu’il se soumette à la culture occidentale. Mais avant toute chose, il faut envoyer un signal fort en stoppant l’immigration de travail, de regroupement familial, de réfugiés bidons.

Mais Emmanuel Macron a constaté la situation avec plus ou moins de pertinence sans prendre les décisions qui s’imposaient pour l’infléchir. Va-t-il désormais muscler son jeu? Il se trouve politiquement dans un corner. A chaque semaine son attentat terroriste ou sa révolte des banlieues ce qui a, in fine, le même objectif de déstabilisation de la société, et le doute s’installe dans les consciences les plus réceptives au melting pot. On n’y arrivera pas. Ce que les plus lucides disent depuis trente ans fait tâche d’huile. Mieux, de plus en plus de monde dans les milieux médiatiques commencent, comme le reste de la population, à avoir peur pour eux-mêmes et les leurs et réclament le retour des frontières.

Ce basculement gigantesque de l’opinion aura automatiquement des conséquences sans que la portée de celles-ci ne soit encore connue. Si Emmanuel Macron en prend la mesure, met immédiatement un coup de frein radical à sa politique immigrationniste, il enverra un avertissement à nos ennemis musulmans qui forcément en rabattront. Il pourra alors même penser à être réélu. Sinon la France glisse vers la guerre civile et la partition de son territoire car tous les français de souche ne se laisseront pas faire, ne se laisseront pas islamiser sans combattre.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?