Roland Chanco (1914-2017)

Par dimanche 27 février 2022 Permalink

A Roland Chanco, Picasso confiera en 1948: ” On partage la même passion, la même fureur de créer; j’aime votre style très personnel”. Ce compliment n’empêchera pas l’artiste en 1960 de brûler l’essentiel de ses œuvres.

Roland Chanco débute sa carrière à Montmartre avec des paysages, puis dans les années 40, l’époque s’y prête, il entre dans sa période noire. L’influence de Georges Rouault se fait alors sentir, Georges Rouault, l’un des peintres religieux les plus importants du XXe siècle, qui lui aussi brûla 315 de ses tableaux. Mais Roland Chanco va s’installer à Antibes et une palette lumineuse revient un temps sur ses toiles avant la rupture et la destruction. Ensuite “de l’inspiration cubiste et expressionniste, il tire une version kaléidoscopique qui lui est propre, servie par des couleurs vives posées en aplat” (La gazette Drouot). Ses œuvres alors pleines de couleurs et de lumière reflèteront un bonheur de vivre qui le mènera jusqu’à 103 ans!

Aujourd’hui Roland Chanco n’est pas très cher dans les salles de vente. Acheter l’une de ses toiles, c’est un peu parier sur l’avenir, parier sur son retour en grâce un jour ou l’autre. Par exemple le 11 décembre 2019 s’échangeait chez Beaussant Lefèvre à Drouot le tableau en une 74 x 61 cm pour à peine plus de 900 €. Autre exemple ci-dessous avec une oeuvre de 42 de la première manière du peintre, le moulin de la Galette, ci-dessous, une huile sur panneau (61 x 50 cm) qui ne requit même pas 600 € en décembre 2014 toujours chez Beaussant Lefèvre.

Dernier exemple un peu plus glorieux avec cette huile sur toile 130 x 195 cm vendu chez Rossini à Paris en 2013 qui fit autour de 3000 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?