Revenons sur l’intéressant acte 19

Par mardi 26 mars 2019 Permalink 1

Les gilets jaunes deviennent plus politiques donc inéluctablement plus radicaux, non pas dans le sens de la destruction, le phénomène est dans le mouvement depuis le début, mais dans celui des idées et des contestations. Le spectre de leurs dénonciations s’élargit. Leur point de vue systématiquement contre la gestion gouvernementale de la France se transforme en une réponse forcément révolutionnaire au monde qui nous est imposé puisque cette gestion est celle voulue par le système international. Le peuple s’érige enfin intellectuellement comme une alternative à la ploutocratie dirigeante. Parce que cette dernière naturellement le rejette, il en va de son pré carré, les black blocs apparaissent comme une nécessité incontournable. La force et la violence. Notre personnel politique ne s’agite qu’avec ça. Macron plie chaque samedi de combat, se redresse chaque samedi où les manifestations prennent un tour modéré. Ne comprenant donc lui-même que la schlague, il a cru pouvoir mater ses concitoyens avec l’armée comme le vulgaire dictateur qu’il est en germe. Mais Macron est tombé sur un os: samedi dernier, nulle part, les soldats n’étaient visibles même autour des ministères. Comment comprendre cela sinon comme une rébellion de l’état major. Les soldats ne tireront pas sur les français. Aujourd’hui on le sait. C’est important pour l’avenir puisque le conflit va se durcir. Le pourrissement de l’effet gilet jaune tant espéré cet hiver laisse place à sa cristallisation. Malgré les dires de la propagande, le mouvement est de plus en plus intelligent sans avoir besoin de verticalité, parce qu’il n’a pas besoin de verticalité, l’intelligence collective étant une réalité. Alors toutes les réformes que le gouvernement cherche à poursuivre sont l’occasion d’un rejet catégorique et justifié. Les revendications et les dénonciations apparues lors de l’acte 19 sont révélatrices.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?