Report des élections

Par lundi 12 avril 2021 Permalink 1

Le suffrage universel direct est en train de devenir en France une option facultative proposée à condition qu’il n’y ait pas d’épidémie, que les gens ne votent pas souverainiste, anti européen ou anti immigration, que le pouvoir soit prêt à se remettre en cause grâce à une alternative entre lui et un copycat.

Si ces conditions sont réunis, éventuellement, dans sa grande générosité, Jupiter daignera donner la parole au peuple afin d’être reconduit dans ses fonctions.

Dans le cas contraire, le report des élections a un bel avenir. Les élections régionales n’auront pas lieu tout de suite, évidemment le référendum sur le climat étourdiment promis par Emmanuel Macron pour l’automne prochain n’aura lui jamais lieu et les élections présidentielles sont déjà plus d’un an avant sur la sellette à en croire France Culture, ce matin.

Notre démocratie libérale révèle au grand jour ce qu’elle devient fondamentalement, soit un régime dictatorial semblable aux républiques démocratiques communistes. Evidemment, le terme “démocratique” alerte; un peu comme dans Orwell où la guerre est la paix, la dictature est la démocratie.

Rien d’étonnant à cela lorsque le niveau des dirigeants s’effondrent, ils s’arc-boutent à leurs prérogatives sachant bien qu’ils sont complètement interchangeables avec le premier venu. Démis de leurs fonctions, ils n’y retourneront jamais. Depuis Chirac, notre époque ressemble à la fin de la dynastie mérovingienne où se succédèrent les rois fainéants, des souverains jeunes au règne bref, jusqu’à la nouvelle dynastie carolingienne.

Personne ne peut dire vers quoi nous allons mais à l’évidence nous vivons une fin. Les scandales se multiplient et à l’inverse de ce que tentent de nous faire croire certains, ils sont tout à fait justifiés et avérés telle l’histoire de Rugy avec ses bamboches fastueuses aux frais de l’état qui a perdu, cette semaine, dans la discrétion générale des médias, face à Médiapart devant les tribunaux. Un jour nous en saurons plus sur la manière dont nos ministres ripaillent en plein confinement… Nous en saurons plus aussi sur les bronzages formidables qu’arborent nos journalistes de télévision après leur week-end soi-disant confiné… Nous en saurons plus sur l’enrichissement indu lié à une carrière dans les allées du pouvoir dans un pays surendetté…

Mais ce ne sont là que des détails. Le réel est la détestation de l’élite autoproclamé vis à vis du peuple et réciproquement. L’esclave a en ce moment la haine et la logique dialectique veut que ça ne s’arrête pas là. Un report des élections casse le thermomètre mais ne change pas la situation.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?