Régiment Azov

Par jeudi 24 mars 2022 Permalink

Le régiment Azov est avec la propagande occidentale devenu par euphémisme “le mystérieux régiment Azov” (Le Point) et son titre de gloire pour les chaînes d’état françaises est d’avoir eu un rôle-clé dans la libération de Marioupol au printemps 2014 qui était (déjà à l’époque!) aux mains des séparatistes pro-russes. Ses accointances avec le nazisme ont été contestées parce qu’elles ne seraient pas majoritaires, toujours selon nos médias d’état et de toute manière le régiment d’Azov est extrêmement minoritaire dans l’armée ukrainienne. Circulez, il n’y a rien à voir ou très peu! BHL est là pour nous informer!

Néanmoins si on recherche des renseignements plus sérieux sur ce fameux régiment Azov, il est intéressant évidemment d’aller plus loin dans le temps, avant le conflit actuel, époque où l’occident regardait le régiment sans les yeux de Chimène qu’il a maintenant. Alors que voit-on?

  • Vers la fin de l’année 2014, le Régiment Azov a officiellement été rattaché à la garde nationale ukrainienne, faisant de ses combattants des salariés du gouvernement.
  • Deux ans plus tard, Azov a formé son propre parti politique, Corps National, avant de mettre en place un groupe paramilitaire, qui « patrouille » dans les rues de Marioupol ou d’ailleurs, et fait appliquer à sa manière, brutale, une justice autoproclamée.
  • Le gouvernement des États-Unis veillait à ce qu’aucune des aides militaires fournies à l’Ukraine ne finissent dans les mains du Régiment Azov, et le FBI a déclaré, dans une plainte pénale, qu’il pensait que Azov entraînait et radicalisait des citoyens américains suprémacistes blancs.
  • En 2019, les inquiétudes face aux risques que représentent les ultra-nationalistes ukrainiens ont entraîné des ambassadeurs de pays du G7 à enjoindre le gouvernement ukrainien d’agir contre les extrémistes.
  •  A la même époque, il y a à peine 3 ans, donc, le ministère américain des Affaires étrangères à classer Azov parmi les « groupes nationalistes haineux ».
  •  Si Azov a publiquement essayé de minimiser l’importance de ses éléments extrémistes, la radicalité de ses opinions est irréfutable. Plusieurs membres de ce régiment se déclarent ouvertement favorables à l’idéologie suprémaciste blanche et certains arborent des tatouages néo-nazis.
  • Le premier commandant du régiment, Andriy Biletsky a été dirigeant de l’organisation paramilitaire néo-nazie des « Patriotes d’Ukraine », et pour lui la nation ukrainienne a pour mission de « mener les races blanches du monde dans une croisade finale… contre les Untermenschen (sous-hommes) dirigés par les Sémites. »
  • Les actions du Régiment Azov lui ont permis de gagner une grande légitimité et de représenter, au niveau national, une entité reconnue comme défendant la nation.

Les idées radicales du régiment Azov ne sont donc pas un obstacle à son développement, pas plus d’ailleurs que les hooligans d’extrêmes droite n’ont délégitimé les manifestations de la place Maidan en 2014! L’Ukraine est incontestablement une plaque tournante du suprémacisme blanc et le régiment auréolé de son héroïsme guerrier diffuse son idéologie extrémiste au sein de la société ukrainienne. L’occident aujourd’hui lui dresse quasiment des lauriers. Il a tort.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?