Reconfinement?

Par lundi 15 mars 2021 Permalink 1

Le taux d’incidence est le nombre de nouveau cas dans une pathologie donnée par rapport à 100 000 habitants. Concernant le covid-19, le taux d’incidence est en France en moyenne à 238. En Allemagne-il n’est qu’ à 83 mais a progressé en un mois de près de 50%. Certains journaux, comme Der Spiegel, s’inquiètent déjà donnant comme limite acceptable 50. En Italie le taux d’incidence est à 195. Une partie de l’activité économique ferme aujourd’hui dans de nombreuses régions et déjà la population sait qu’elle sera entièrement confinée pour le week-end de Pâques début avril. L’Espagne est à un taux d’incidence de 150 et considère qu’à 250 le risque est extrême. Il a néanmoins là-bas atteint 900 dans les pires moments.

Ces quelques exemples témoignent d’une situation française pour le moins original. Au vu des chiffres, au moins certaines régions devraient à l’évidence être confinées sans qu’elles ne le soient. La décision d’Emmanuel Macron de ne pas confiner a donc été, il y a quelques semaines, non pas une mesure conjoncturelle mais un véritable tournant politique. Et apparemment toujours pas de reconfinement pour le moment. Est-ce de l’entêtement? Evidemment oui si les normes choisies par les autorités de santé ont un sens. Mais des normes, les marchés financiers, par exemple, savent pertinemment qu’on en fait ce qu’on veut. Le ratio “normal” cours de bourse bénéfice d’une entreprise ne cesse d’évoluer depuis le début du XXIe siècle. C’est devenu une convention dont on ne convient qu’en fonction de ses besoins, de ses intérêts. Pourquoi n’en serait-il pas de même avec le taux d’incidence lors d’une épidémie? En fait il n’y a qu’une seule raison pour qu’il n’en soit pas de même: les images.

Si des images montrent un jour des malades à l’agonie dans des couloirs d’hôpitaux bondés, il en sera fait des ambitions d’Emmanuel Macron pour un second mandat présidentiel. Le dilemme est donc cornélien puisque la population n’a cependant plus envie de se retrouver enfermer chez elle. Le temps des applaudissements aux infirmières est révolu. C’est bien pourquoi Macron à la remorque de l’opinion publique n’a pas confiné fin janvier. Mais un nouveau confinement serait le signe d’un timing désastreux, le fait d’avoir reculé pour mieux sauter, d’avoir laissé contaminer des gens pour rien, d’en avoir laissé mourir certains par manque de vision prospective, incapable de prévoir, comme depuis le début d’ailleurs, l’évolution de l’épidémie.

Le confinement n’est pas une histoire d’argent, il continue de tomber du ciel, Christine Lagarde l’a encore dit la semaine dernière lors de ses explications embrouillées. C’est une question de dosage pour n’agacer ni les pros, ni les antis. Quant à leurs slogans sur les autoroutes ou le périphérique nous adjoignant de tenir bon, c’est vraiment formidable de… connerie!

Frédéric Le Quer

PS: dessin en une paru dans le journal La Croix

Laisser un commentaire ?