Raz-le-bol généralisé

Par jeudi 21 mars 2019 Permalink 2

Où va la France? L’actualité est de plus en plus terrible non seulement pour le pouvoir mais aussi pour le pays. L’armée est réquisitionnée contre les manifestations des gilets jaunes. Celles-ci sont dorénavant pratiquement interdites sous peine d’être sous le feu de la soldatesque. Nos généraux sont-ils prêts à faire tirer sur le peuple? Nos généraux sont-ils prêts à soutenir un gouvernement en complète décrépitude? Personne ne sait mais puisque la grande muette est mise sur le devant de la scène, ces questions se posent inéluctablement.

Emmanuel Macron ne se déplace plus qu’avec une garde archi renforcée, la peur au ventre de croiser des français. Brigitte Macron sous les sifflets et la colère de la foule devaient être, hier, exfiltrée d’un stade de football. Aujourd’hui les sénateurs montrent leur courage politique en allant jusqu’au bout de leur rapport en saisissant le parquet en pointant les flottements (euphémisme!) des déclarations sous serment de Kohler, Strozda et Lavergne à propos de l’affaire Benalla.

Tout le monde en a raz-le-bol.

La situation du président de la république est intenable puisque tout le staff de l’Elysée devient suspect. Même si le pouvoir judiciaire, le procureur étant nommé par le gouvernement, risque de s’aplatir devant l’exécutif comme il le fait depuis des mois, le mal est fait. Le système macronnien est à bout de souffle. Collomb, l’ex ministre de l’intérieur, avait vu, expérience oblige, la catastrophe venir. Le pouvoir est dorénavant à prendre. Encore quelques samedis “gilets jaunes” et la messe sera dite.

La brutalité du régime, vilipendé jusqu’à l’ONU, c’est dire (!), ne peut venir à bout du mécontentement populaire. Le gouvernement ne tient que grâce à la force institutionnelle. On n’est pas loin du coup de force institutionnel tant la légitimité du président est remise en cause par le mécontentement généralisé. L’injustice sociale qui marque le quinquennat révulse tant le peuple que plus aucune réforme venant du gouvernement Philippe n’est possible. Alain Juppé avait abandonné dans des conditions bien moindres. Immanquablement dans quelques temps, la France sera encore plus bloquée qu’elle n’est déjà. Macron doit prendre acte de son impopularité et partir au plus vite avant la guerre civile qui nous guette.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?