Racisme anti-musulman

Par mardi 12 novembre 2019 Permalink 3

Un musulman peut-il déclarer avoir subi des comportements racistes? Est-ce que la vigueur de l’anticléricalisme envers l’islam est un racisme? Gambetta peut-il être qualifier de raciste quand il déclare en 1872, “le cléricalisme, voilà l’ennemi”? Une caricature anticléricale est-elle un racisme quand elle fustige le rôle oppressif de la religion musulmane dans la société? Chercher à déconstruire les dogmes diffusés par l’islam est-il un racisme? Percevoir l’islam comme l’allié naturel des élites dirigeantes en vue de maintenir l’aliénation politique et la misère économique des masses populaires est-il un racisme? Le panislamisme des Frères Musulmans n’est-il pas que le rejet de la nation française?

Poser ces questions, c’est évidemment y répondre et voir l’état français, nos institutions, assimilés systématiquement l’arabe au musulman est une faiblesse radicale qui favorise l’extrémisme religieux et rend impossible toute assimilation. Si l’arabe deviendra français comme les italiens, les espagnols ou les portugais le sont devenus, le musulman, celui dont l’identité première est issue de sa confession, apportera inévitablement la déconstruction de la nation française. La laïcité que des propagandistes tentent de nous vendre, qui facilite toujours plus l’exercice de l’islam est une arnaque. La laïcité n’est pas un patchwork de croyances exercées en toute liberté car elle est alors confondue avec le communautarisme. La laïcité est tout le contraire; c’est l’unité nationale, c’est l’amour de son pays, c’est l’appartenance à une seule communauté au delà de ses convictions religieuses, métaphysiques.

La France n’est plus un pays laïque quand sa justice et ses médias considèrent l’existence d’un racisme anti-musulman. Ce nom commun assorti de cet adjectif épithète est juste une aberration.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?