Propagande de guerre

Par mercredi 9 mars 2022 Permalink

La propagande de guerre que les français subissent, prend des airs ridicules. Evidemment je ne parle pas des grandes émissions en “prime time” du service public, genre “les enfoirés”, pour sauver l’Ukraine, où la bien pensance se caricature elle-même avec ses tonnes de bons sentiment qui donnent la gerbe. Ceux qui regardent sont des crétins. Ceux qui fabriquent ces moments de télévision vivent de la bêtise humaine, en vivent très bien et leur sens du service public s’arrête à l’épaisseur de leur propre compte en banque.

Mais j’entendais ce matin sur France Culture qu’il fallait absolument ré-ukrainiser Gogol. L’immense écrivain n’était plus pour ces gens un des sommets de la littérature russe. Lui-même en eut certainement été vexé. C’est aussi grotesque que si on disait que Maupassant était un auteur normand et non français! Comme si “Les âmes mortes” n’étaient pas un “portrait grinçant de la Russie du XIXe siècle et de son cortège de nobles de troisième main, de fonctionnaires véreux et de notables cupides”, dixit France Culture en 2010! Ce matin, Gogol était d’ailleurs. La vérité était ailleurs! Ailleurs aussi pour Malevitch, né à Kiev en Russie impériale, n’en déplaise aux américains et aux européens, et mort à Leningrad.

La propagande de guerre revient à tout dénigrer de l’ennemi et qu’importe la bonne ou la mauvaise foi. C’est reprendre la terminologie de George Bush sur l’axe du mal contre celui du bien. Quand le simplisme devient synonyme de compétence, ça laisse un sale goût dans la bouche car, de fait, ça heurte frontalement l’intelligence.

L’OTAN est donc notre horizon indépassable et notre existence n’a de sens que sous la tutelle américaine. Le monde entier fait de la résistance, même Israël fait de la résistance, mais nous non. L’Allemagne dirige l’Union Européenne et Berlin, résolument, quoiqu’il lui en coûte, a décidé par peur de son passé d’être le petit chien de son maître à Washington. Et tout ceux qui dépendent de l’euromark, s’écrasent et se disputent la place de meilleur ami des américains alors qu’il n’y a pas si longtemps De Gaulle avait expulsé “les forces d’occupation” états-uniennes et encore plus près de nous Chirac avait mis le holà à la propagande venue d’outre-Atlantique.

Mais la marionnette à l’Elysée n’est bonne qu’à s’aligner puisqu’il se fout de la France. Alors il s’aligne sur l’Allemagne, il s’aligne sur les Etats-Unis bien qu’il se prenne quelques coups de pied au cul au passage par le monde anglo-saxon. Pas grave, ça ne l’empêchera pas d’être réélu. Tant pis, nous disparaîtrons plus vite comme ça.

Frédéric Le Quer

PS: En une, “Carré noir sur fond blanc” de Malevitch qui n’est pas un peintre russe, qu’on se le dise!

Laisser un commentaire ?