Porcelaine de Paris

Par samedi 10 février 2018 Permalink 3

A la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, au sein de l’industrie parisienne, la porcelaine tenait une place importante tant par le nombre des manufactures et celui des ouvriers que par les capitaux engagés et la vitalité de son commerce. Les influences sur sa production, sur ses techniques de cuisson, sur ses décors furent très nombreuses. Une manufacture comme Samson fit de la copie de céramiques très réputées comme Meissen, Wedgwood ou Sèvres sa raison d’être. Les fameuses brindilles bleues de Chantilly d’une belle sobriété furent tout de suite copiées par Locré (voir ci-dessous), installé à Paris dès 1771, 17 rue de la Fontaine au Roi.SAM_6175

Cela n’empêcha pas la porcelaine de Paris d’être inventive et plaisante comme le montre le service à thé à pans coupés, en une, vers 1825-1830, aux scènes historicistes mêlant orientalisme et style troubadour qui le 29 septembre 2012 à Arcachon chez Toledano svv fit environ 2000 €.

La porcelaine de Paris fit d’ailleurs l’admiration de nombreux pays étrangers. Avec le concours de Napoléon Ier, elle joua au XIXe siècle un rôle important dans la décoration et la fabrication de la porcelaine russe. Ajoutons aussi que les présidents américains passèrent commande chez Nast ou Dagoty de services qui sont encore de nos jours conservés par la Maison Blanche! Ci-dessous, attribué à la fabrique d’Honoré et Dagoty, le grand vase sur piédouche, 57 cm, fut adjugé près de 50 000 € chez Caudron svv le 27 novembre 2011.SAM_6188

De nombreuses pièces sont néanmoins accessibles à tous à condition d’être amateur… La tisanière ci-dessous, Paris XIXe siècle, au décor animé polychrome se vendit 1 116 € chez Fraysse svv le 29 mai 2013 à Drouot.SAM_6195

Autre exemple, chez Kahn Dumousset svv à Drouot le 23 octobre 2013, où cette paire de vases balustre montés en lampe au décor polychrome de chinois, h 35 cm, fut adjugé pour 500 €.SAM_6192

Frédéric Le Quer