Police mise en cause

Par vendredi 27 novembre 2020 Permalink 1

Les tabassages tous les samedis des gilets jaunes par la police n’ont non seulement pas créé d’émoi dans la caste journalistique française mais ont bien souvent été remis en cause et commentés  comme une riposte “proportionnée” de la part des forces de l’ordre. Ces pauvres gilets jaunes avaient le malheur d’être blanc, tare inexcusable dans le milieu médiatico-politique qui leur interdisait toute compassion.

Samedi dernier un noir à cagoule et sans masque, producteur de musique de son état, a subi les foudres de la police française. Lundi nos chers afghans qui nous décapitent à la sortie des écoles ou dans les églises, étaient évacués de leur campement du centre de Paris manu militari. Résultat l’inénarrable Darmanin qui ne vaut pas mieux que son prédécesseur, prend des sanctions immédiates contre les fonctionnaires du ministère de l’intérieur qui iront bientôt pointer au chômage car jugés trop brutaux même si personne n’a été tué ni même gravement blessé, ni n’a perdu un œil…

Mais ces deux faits divers tombent à pic pour être montés en épingle. L’opinion publique commence à haute voix à contester la politique migratoire du gouvernement. Les français n’en peuvent plus de l’insécurité ambiante physique et culturelle dans laquelle, tous les jours, ils sont plongés. Comme il est perceptible sur les réseaux sociaux, des heurts inter communautaires finiront par arriver.

Il s’agit alors pour le gouvernement de dédouaner notre diversité en rejetant la faute sur ceux qui l’accueillent. Dès qu’on touche à un de ses cheveux, l’acte devient inexcusable et les journaux d’information en font des tonnes pour prouver que la police française est raciste et par extension que les blancs dans leur ensemble le sont aussi. Ce tintamarre qui n’existe que pour inhiber et complexer les français de souche, laisse ainsi espérer qu’ils rentrent à la niche et, honteux, cessent de critiquer l’envahissement de leur pays.

En martelant que tout est la faute des autochtones vite comparés à des salauds xénophobes, l’état relayé par les médias compte ainsi relativiser les crimes et les attentats commis contre les français chez eux laissant sous entendre que chacun a quelque chose à se reprocher! L’attitude du gouvernement est tout à fait obscène mais son but est évidemment de pouvoir tranquillement poursuivre l’invasion sans plus avoir à supporter de critiques.

On est dégoûtés évidemment mais pas vraiment étonnés par ce deux poids deux mesures, par cette énième manipulation.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?