Pensée unique

Par mercredi 20 avril 2022 Permalink

Pascal Praud recensait les unes des journaux quotidiens hier sur Cnews et constatait l’angle unanime de leur une en faveur d’Emmanuel Macron en citant L’opinion, Les échos, Le parisien, Libération, Le monde; il aurait pu aussi mentionné toute le presse de province. Le constat était louable. La suite l’était moins comme souvent avec Pascal Praud adepte du “en même temps” qui insista pour dire que c’était leur droit… Allez! Il le fit hypocritement, reconnaissons-le lui!

En 2019, Le parisien-Aujourd’hui en France recevait directement 12,7 millions d’euros, Libération, 5,9 millions d’euros, Le Figaro 5,7 millions et le Monde 5,2 millions… Ce ne sont que 4 exemples et le reste est à l’avenant puisque l’ensemble des aides dont la presse bénéficie de la part de l’état, tout compris, approche du milliard par an à l’heure où le déficit public est de plus en plus extravagant “grâce” à Macron. Tous ces journaux ne vivent que de l’argent des impôts des français, sans lui ils mettent immédiatement la clé sous la porte car la réalité est terrible: personne ne les lit!

Dans ces conditions est-il normal qu’ils soient libres de leur ligne éditoriale? Est-il normal que l’avis des deux tiers des français qui ne supportent pas Emmanuel Macron soit ignoré? Est-il normal que 45% des suffrages qui vont dimanche être exprimés soient jour après jour vilipendés par les journalistes?

Devait-on dire à l’époque de l’URSS qu’il était normal que La Pravda soutienne aveuglément le régime soviétique?

De nos jours il n’y a pas une Pravda en France, il y en a 10, 15… Les planètes médiatiques sont alignées. Les articles commis chez nous en ce moment sont interchangeables d’un titre à l’autre. Seuls les hebdomadaires, il faut le dire, offrent une certaine diversité d’opinion.

Comme il fallait s’y attendre la vague éditoriale submerge Marine Le Pen comme elle a submergé Eric Zemmour au premier tour. Elle n’est même pas scélérate car si elle est haute voire gigantesque, elle n’est ni rare ni soudaine. On savait tous qu’elle allait venir. Elle est là. Rien n’est possible. La France est vouée à mourir sous les coups de boutoir de la pensée unique.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?