Peine plancher: nouvel attrape-nigaud

Par jeudi 20 mai 2021 Permalink 1

La manifestation d’hier de la police ne sera pas un tournant dans notre histoire contemporaine. Les militaires avaient déjà pris date et à l’inverse de leurs lumineuses réflexions, les syndicats policiers ont embrouillé la situation permettant ainsi au ban et à l’arrière ban de nos politiciens de s’y associer. Bref, le mot d’ordre était une auberge espagnole, preuve en est aujourd’hui qu’il n’est plus question que de la peine plancher.

A part être un chien fou en quête de voix improbables venues de la communauté musulmane comme Jean-Luc Mélenchon pour devenir président, il est difficile de ne pas être révolté par les quotidiennes attaques contre la police. Mais s’intéresser à la punition des délinquants après leurs méfaits c’est comme commencer un livre par la fin. Aucun de ceux qui ont pris la parole sur l’estrade pour haranguer la foule, n’a osé commencer par le commencement de peur de froisser les oreilles sensibles des élus présents qui ont mis la France plus bas que terre. Mais le commencement, la foule des policiers présents aurait bien voulu qu’il soit rappeler haut et fort. Tout débute par la folie migratoire acceptée depuis au moins trente ans. Et plus ça va, pire c’est, au point que les français se comparent de plus en plus aux indiens d’Amérique. Ce sont les immigrés ou enfants d’immigrés qui s’attaquent aux institutions de la république blessent et tuent policiers, pompiers ou personnels médicaux. Ce sont eux qui les entraînent dans des guet-apens pour les molester, les brûler ou leur tirer dessus.  Ce sont eux qui pourrissent la vie des français et rendent les rues des villes de plus en plus infréquentables à la nuit tombée. Et qu’on arrête de dire que les habitants des banlieues peuplées d’immigrés sont les premières victimes. Ce n’est pas vrai pour la plupart. La plupart est complice et pousse les enfants à ne pas faire d’étude et à se comporter en voyou dès 11 ou 12 ans. C’est comme ça. Le but est de détruire le pays car les immigrés sont en guerre et agissent en fonction.

Aujourd’hui les voyous arrêtés sont des prisonniers de guerre et il faut manu militari les renvoyer dans leur pays d’origine qu’ils aient ou non des papiers français. Mais le laxisme des autorités rend le pays invivable. Comme avec l’histoire des drogués du quartier Stalingrad! Ils viennent tous d’Afrique pour se défoncer en France. Qu’est-ce qu’on attend pour les renvoyer chez eux?

Bref, la peine plancher, oui bien sûr, c’est une évidence, mais ce n’est qu’un nouveau hochet agité par la bien pensance pour distraire du réel les français qui sont en train de mourir.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?