Paul-Charles Chocarne-Moreau (1855-1931)

Par samedi 14 mai 2022 Permalink

Le peintre Paul-Charles Chocarne-Moreau (cousin des fameux sculpteurs, voir: https://politiqart.com/la-famille-moreau-une-dynastie-de-sculpteurs/ ) aime à peindre des scénettes drolatiques mettant en scène de jeunes garçons toujours un peu chenapans, sacripants, à l’orée de leur vie d’adulte, jeunes apprentis-pâtissiers, ramoneurs, enfants de chœur, écoliers. L’enfance au XIXe siècle devient un sujet d’intérêt intellectuel. Notre peintre surfe sur cet éveil des consciences et son succès est considérable. Plus tard aux Etats-Unis Norman Rockwell travaillera dans la même veine.

Paul-Charles Chocarne-Moreau s’amuse donc des facéties des petits gars de la classe ouvrière ignorant ceux des classes supérieures. Ses scènes de genre ont un intérêt documentaire, sociologique qui ne laisse absolument pas indifférents les collectionneurs du XXIe siècle qui peuvent y trouver une nostalgie du passé ou une résonance avec le présent.

C’est ainsi que Maître Ader présenta hier à Drouot le tableau en une soulignant qu’aujourd’hui encore on pourrait parfaitement voir un jeune pisser sur une affiche électorale. La petite huile sur panneau 34 x 24 cm fut adjugée après une bataille d’enchères environ 7200 €. En 2016 chez Artprecium (Millon), l’huile sur toile ci-dessous, 100 x 75 cm, avec des enfants de chœur en train de chaparder du raisin sur la treille, trouvait amateur pour environ 18 000 €.

Terminons les exemples avec un petit pâtissier taguant un mur (le terme est un peu anachronique, je sais), une imposante huile sur toile 187 x 130 cm présentée par la maison Christie’s le 14 décembre 2018 qui approcha des 45 000 €. Il faut savoir que le mitron est un sujet de prédilection pour Paul-Charles Chocarne-Moreau

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?