Patchwork ethnique et “réécriture haineuse”

Par lundi 15 juin 2020 Permalink 1

Emmanuel Macron a fustigé hier soir les indigénistes et leurs tenants, parlant de leur “réécriture haineuse ou fausse du passé” et d’un “combat inacceptable récupéré par les séparatistes”. “La république n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire, elle n’oubliera aucune de ses œuvres, elle ne déboulonnera pas de statue, nous devons ensemble regarder lucidement notre histoire”.

La surprise entraînée par de tels propos sans concession, “réécriture haineuse” quand même, a laissé cois les commentateurs qui ont préféré ressasser les phrases précédentes assez convenues sur l’antiracisme. Mais ces phrases préparaient en fait la prise de position radicale à laquelle personne ne s’attendait où pour une fois le président ne parlait pas pour ne rien dire. L’oligarchie montre tellement son dégoût de la France, et elle continue d’ailleurs sur les ondes du service public qui prend plaisir à renier le passé, qu’entendre dans la bouche du chef d’état des phrases patriotiques devient un événement. Pourtant que le premier d’entre nous exprime un vif attachement à la patrie devrait être une évidence! Mais avec Macron comme avec ceux qui l’ont précédé, leur mondialisme étant une seconde nature, pour les français, ces gens sont de nulle part, pas plus de France que d’ailleurs, juste des citoyens du monde qui perdent leur pays en l’abandonnant aux vents migratoires, ultralibéraux, globalistes. Là il a dit stop aux ridicules attaques contre Colbert par exemple éminent personnage de l’histoire de France. Comme plus un breton ne songe à le critiquer pour la violence de sa répression contre les bonnets rouges, les noirs quand ils sont français doivent accepter les héros de l’histoire de France quels qu’ils soient, quel qu’ait pu être leur comportement vis à vis de gens qui ne sont d’ailleurs plus vraiment leurs ancêtres si vraiment ils sont français.

Mais là on touche au problème de ces immigrés qui viennent avec leurs coutumes et refusent de s’en débarrasser. Et là on touche immanquablement à la duplicité de Macron qui favorise par exemple l’arabe à l’école dès le cours moyen. Nos dirigeants sont schizophrènes. Puisque la déferlante migratoire est devenue un tsunami, l’assimilation est impossible. Et comme l’assimilation est impossible chaque camp a ses héros dans la patchwork ethnique auquel ressemble l’hexagone.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?