Globalisation et dislocation

Par jeudi 8 août 2019 Permalink 4

À force de se globaliser le monde perd toute cohérence. Trois sujets d'actualité dénotent assez bien par leur dissemblance sa déconstruction. Les être humains n'ont plus grand chose à voir entre eux. La guerre commerciale que se livre les USA et la Chine est une remise en cause pure et simple de la globalisation avec apparemment les chinois dans le rôle des mondialistes et les américains dans celui des protectionnistes. C'est en fait plutôt une histoire de leadership. Cette guerre vire en guerre monétaire avec des conséquences financières qui mettent le monde au bord de la récession. Tout se joue à coup de milliards de milliards et dépasse complètement le citoyen qui n'y peut strictement rien mais qui en subira le premier les conséquences. Ce dernier l'a d'ailleurs bien compris. Et c'est à une toute autre echelle que, cet été, en France, il vandalise les permanences parlementaires des députés qui au lieu de tendre vers un isolationnisme qui pourrait partiellement nous protéger de vents mauvais, s'engouffrent dans le commerce internationale jetant la population dans les affres d'une mondialisation incontrôlée. À Hong Kong, il lutte contre le pouvoir central. Au Royaume-Uni, ils arracheent leurs liens avec Bruxelles, une puissance supranationale. Aux États Unis, ...

Hong Kong et les medias

Par mardi 6 août 2019 Permalink 5

France Culture, ce matin, proposait un longue émission sur les émeutes de Hong Kong qui se déroulent actuellement. Les gentils étaient cette fois les émeutiers et les méchants la police, le gouvernement et le régime chinois. Pourquoi pas?... Mais je me souviens de cet hiver quand l'animateur de cette même plage horaire se plaignait des gilets jaunes et du battage médiatique qui était fait autour!!! Autre lieu, autres mœurs! Bref, ce deux poids, deux mesures n'empêche pas de relever deux choses: La première, c'est qu'il nous fut expliqué assez clairement la manière de se protéger des bombes lacrymogène à condition d'être un peu intrépide. On apprend que les manifestants doivent entre autres, les couvrir d'un récipient pour éviter que l'odeur se propage. Je pense qu'un peu vicieusement, ce passage concernant les manifestations hongkongaises etait fait pour les français... La censure rode et les journalistes prennent des précautions! Pour plus de détail se reporter à ce passage éducatif de l'émission entre 7h30 et 8h30. La seconde et incontestablement c'est un peu fort de café, à aucun moment la crise de Hong Kong ne fut mise en relief avec la violente crise commerciale entre la Chine et les États Unis. Comment un observateur ...

La détestation envers la police

Par dimanche 4 août 2019 Permalink 3

La détestation (on dit désamour en nov'langue) entre la police et la population est le signe d'un changement de régime. "La peur du gendarme" a muté en quelque chose de plus ambiguë. La légitimité même de ses interventions est remise en cause. Elles sont ressenties comme injustes, arbitraires. Derrière les contraventions, les arrestations, ce sont leurs motifs qui révoltent. Deux raisons principales sautent aux yeux d'ailleurs plus dues au pouvoir qu'aux flics qui ne sont que des exécutants. La première correspond évidemment à l'inégalité de traitement. Sur le territoire d'abord avec des zones entières de non droit pour lesquels les lois de la république s'appliquent peu, remplacées soit par celles des gangs, soit par celles de l'islam. Du coup, ailleurs, là où le citoyen doit plier l'échine, il rechigne se sentant comme un bouc émissaire. Mais l'inégalité de traitement apparaît aussi dans l'échelle sociale. Les amendes, par exemple, auxquelles on n'échappe pas dès qu'on a une voiture, agissent comme un impôt indirect plus injuste que la TVA puisqu'elles deviennent complètement exorbitantes pour une catégorie de citoyens alors qu'une petite partie de la population a les moyens de s'en accommoder. Les restrictions du droit à la libre circulation selon qu'on peut se ...

Steve, une autre occasion

Par samedi 3 août 2019 Permalink 4

Le jour de tous les dangers des hommages à Steve est venu. Partout en France, black blocs, gilets jaunes, teufeurs et citoyens de tout poil vont se rassembler. C'est une nouvelle fois l'occasion de s'en prendre au gouvernement et à Emmanuel Macron. Bon prétexte puisque le jeune homme mort est le dernier symbole en date de violences policières encouragées par Christophe Castaner qui donne le ton de la répression. L'état s'en prend aux révoltés et par extension à tous ceux qui se rassemblent sur la voie publique ne respectant pas les consignes préfectorales le petit doigt sur la couture du pantalon (je ne parle pas des banlieues qui ont le droit de faire ce qu'elles veulent!). Il n'y a plus guère de limite. Tout un arsenal plus ou moins arbitraire et de plus en plus restrictif est utilisé par les dirigeants français se targuant d'une légitimité démocratique suspecte pour casser de l'opposant politique. Mais la désobéissance au pouvoir prend chaque jour des formes variées qui s'adaptent aux mesures venues d'en haut pour l'étouffer. Cela a commencé il y a 9 mois par des cortèges se dirigeant vers l'Elysée et des entraves à la circulation sur les ronds points. Puis, des ...

Quand les étrangers baffent Macron

Par vendredi 2 août 2019 Permalink 1

Les chefs d'états étrangers s'en prennent régulièrement aux dirigeants français sans la moindre retenue. Piteusement, nos gouvernants s'écrasent, espérant peut-être des jours meilleurs... J'ai mal à la France, même si je suis souvent d'accord avec quelques uns de ses pourfendeurs actuels. Commençons par les charges récurrentes de Donald Trump! Il vient de parler sans retenu, de "stupidité" et de "sottise" concernant les agissements de Macron sur la taxe GAFA. La réplique par l'intermédiaire de Bruno Le Maire ressemblait à une excuse: "Nous souhaitons travailler étroitement avec nos amis américains", "Nous souhaitons entre maintenant et la fin août parvenir à un accord sur cette taxation universelle des activités numériques". N'ayant absolument pas les moyens de ses ambitions dictées d'ailleurs par la commission européenne, le gouvernement s'est courageusement aplati. Quelques mois plus tôt, face aux propos virulents de Donald Trump qui a raillé la cote de popularité présidentielle et le taux de chômage en France qui atteint presque les 10%, le président français avait fait mine de ne rien entendre... Mais Trump n'est pas le seul à se risquer à quelques moqueries. Matteo Salvini a directement attaqué le locataire de l'Elysée en janvier dernier : « J’espère que les Français vont bientôt ...

L’odieux Castaner

Par mercredi 31 juillet 2019 Permalink 5

Christophe Castaner a remis le 16 juin des médailles à des fonctionnaires de police impliqués dans des affaires de violences policières commises principalement lors des différentes mobilisations des gilets jaunes. D'après le décret, la médaille de la sécurité intérieure dont il s'agit récompense «les services particulièrement honorables», «un engagement exceptionnel», ou encore "des actions revêtant un éclat particulier". Le palmarès « gilets jaunes », comptant 9 000 médaillés, est cependant bien peu reluisant puisque seuls en sont exclus les policiers ayant reçu un blâme ou étant passés en conseil de discipline. Parmi les récipiendaires se trouve un certain Grégoire Chassaing, commissaire divisionnaire à Nantes, chargé des opérations de sécurité le 21 juin lors de la Fête de la musique, qui a donné l’ordre de disperser la foule à grand renfort de gaz lacrymogènes, entraînant la chute de quatorze personnes dans la Loire, dont Steve Maia Caniço, retrouvé mort dans le fleuve. Les questions deviennent évidentes. Est-ce que ce commissaire se serait senti autant les coudées franches s'il n'avait pas été décoré quelques jours plus tôt alors que cette fête qui existe depuis des années n'a jamais connue ce genre d'incident? Est-ce que Castaner avec sa sélection très élargie de fonctionnaires distingués ...

Une société malade

Par mardi 30 juillet 2019 Permalink 6

Le porte-parole Dmitri Peskov avait commenté début décembre 2018 à propos de la crise des gilets jaunes qui battait son plein: "Pour nous, il est important que ces troubles ne fassent pas de victimes humaines et de blessés". Poutine quelques jours plus tard en avait directement rajouté une couche en semblant comprendre le mécontentement des "français de souche" dû à la hausse du coût de l'énergie. Hier soir la diplomatie française se vengeait en appelant à la libération des personnes incarcérés suite au "nombre important d’arrestations et de détentions (qui) ont suivi les manifestations pacifiques de ces derniers jours à Moscou" et en exprimant "sa profonde préoccupation devant ces évolutions récentes" de la situation russe. On s'amuse bien dans les chancelleries mais il n'y a pas un dirigeant pour rattraper l'autre. Les pouvoirs se crispent partout dans le monde devant les interdits que les peuples tentent de faire voler en éclat pour reprendre la main. Les chefs d'état n'ont jamais la moindre empathie pour leurs concitoyens et agissent comme des sociopathes espérant pouvoir soigner par des brutalités policières et des séquestrations arbitraires, des démocraties malades. Quand Poutine fait grossièrement exclure des candidats pour un scrutin local, Macron, plus subtilement, fait en ...

La classe politico-médiatique

Par lundi 29 juillet 2019 Permalink 1

Familièrement, on pourrait dire que la classe politico-médiatique est en train de nous la faire à l'envers! Il s'agit de témoigner officiellement d'une mésentente entre les journalistes et le pouvoir afin que chacun en tire avantage. Les premiers en ayant l'air de jouer véritablement un rôle de contre pouvoir déplaisant aux puissants pour se redonner une patine d'autonomie totalement disparue (dans le classement mondiale de la liberté de la presse de reporter sans frontière la France n'est que 32e!!!), le second pour expliquer le désamour de l'opinion publique non pas par ce qu'il fait, mais par la manière dont ce qu'il fait est relayée, i. e. trop négativement d'après lui. Il y a vraiment de quoi rire ou pleurer! Rugy, par exemple est actuellement réhabilité à vitesse grand V (il sera ce soir encore sur BFM!) alors qu'il s'est comporté comme un filou. Le président actuel de l'assemblée nationale qui s'est fait un patrimoine immobilier sur le dos de l'état (affaire Ferrand sortie par Le Canard enchaîné), ne vaut pas mieux mais le mutisme est total et la plainte d'Anticor aux oubliettes. Ce triste sire passe même maintenant pour un autorité morale!!! Depuis le début les Gilets Jaunes sont dénigrés. Le ...

La déontologue putative

Par vendredi 26 juillet 2019 Permalink 6

Je sais, c'est du réchauffé. L'affaire de Rugy, qui peut-elle encore intéresser après que le gouvernement avec une fermeté remarquable a jeté le mis en cause entre les mains de la déontologue de l'assemblée nationale? Mais, moi, j'aime bien. Je me délecte à voir ces pourris. J'ai envie de les baffer. Ils font ressortir mes pulsions sadiques. "De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace" disait Danton à la tribune des représentants du peuple. Et c'est cette audace qu'a eu le gouvernement adroitement aiguillonné par Emmanuel Macron, ce spécialiste français des repas au frais de la princesse de Bercy à Las Vegas, quand il a pris sa décision. Sans hésiter, après qu'en août 2017, sur proposition du président de l'assemblée nationale, un certain François de Rugy, Agnès Roblot-Troizier ait été nommée par le Bureau de l’Assemblée nationale, déontologue de l’Assemblée nationale, le premier ministre refile le bébé, un hasard, n'en doutons pas, à cette femme insoupçonnable. Si insoupçonnable qu'elle n'a à aucun moment pensé à se démettre compte tenu du lien qui la liait avec Rugy. L'éthique, la déontologie semblait pourtant ressembler à ça... Mais chez ces gens-là, on est au-dessus de ce genre de contingence... Comment les mauvaises langues ...

Faut-il décorer Rugy?

Par mercredi 24 juillet 2019 Permalink 4

François de Rugy bénéficie d'une campagne de presse très favorable où le citoyen français un peu surpris, quand même, apprend que l'ex ministre, l'ex président de l'assemblée nationale a été accusé à tort par Mediapart. Ses gueuletons étaient des odes à la cuisine française et des combats répétés au prix de sa santé, de sa digestion, de son équilibre gastrique contre la malbouffe. Ce refus, quel qu'en soit le prix pour la communauté, pour l'état, de se nourrir et de nourrir ses convives de mets banals, pour faire partager une expérience gustative, voire un orgasme papillaire chez les plus sensibles, était donc un comportement héroïque méritant non pas le pilori mais des louanges éternelles à ce grand serviteur de l'état. Mais cet homme extraordinaire ne s'est pas arrêté là. Courageusement, au prix de désagréments quotidiens, d'une intimité conjugale laissée de coté, peut-être de petites disputes avec mame Rugy, - qui sait? - il fait rénover un palais national dans la plus pure tradition du grand décor français y ajoutant sa patte, la patte de l'expert, bien sûr, avec l’installation osée, mais rafraîchissante, un brin frondeuse, d'un dressing room, comme une ultime leçon de bon gout à des ancêtres qui n'avaient ...