Olivier Véran saborde l’autorité de l’état

Par jeudi 24 septembre 2020 Permalink 1

Comme les suédois qui ont une politique sanitaire bien moins coûteuse que la nôtre avec des résultats équivalents, nos deux gouvernements qui se sont suivis (Philippe et Castex), ont donné l’impression depuis le mois de mai qu’ils cherchaient une immunité collective des français. Ils laissaient faire un virus moins actif dans l’espoir qu’il finisse par disparaître de lui-même faute d’individus nouveaux à contaminer une fois que tout le monde aura été atteint. Ce changement de méthode a eu l’avantage de libérer le carcan qui étouffait l’économie et heurtait de front les libertés individuelles. Mais depuis quelques temps les français assistent à un retour en arrière et à une nouvelle tentative des autorités sanitaires pour lutter contre le coronavirus de les contraindre à nouveau. Cela a commencé par des masques dans la rue aussi grotesques qu’inutiles, maintenant Marseille est quasiment reconfiné et Paris, Lyon, Bordeaux, etc, suivront bientôt le mouvement à en croire les perspectives données par le ministre de la santé Olivier Véran, perspectives catastrophistes sur la base de chiffres contestables et contestés.

D’ailleurs, il me fait l’effet d’un petit hargneux ce Véran, d’un petit caniche qui ne lâche pas son os qu’il mord à le briser et après avoir fait plier Emmanuel Macron qui semblait être dans une autre disposition d’esprit que son ministre, son os semble être Didier Raoult. Dès que le dirigeant de l’IHU Méditerranée observe quelque chose, le ministre observe systématiquement l’inverse à l’unisson avec la pétaudière du conseil scientifique dont on sait maintenant qu’elle s’est donnée pour tâche de protéger les intérêts des grands laboratoires pharmaceutiques plus que la population.

– Le virus est moins dangereux; – non, non le virus est plus dangereux que jamais. – Le virus mute; – non, non, non c’est le même. – Le taux de létalité diminue; – non, non, c’est une illusion, il va bientôt remonter… – Il reste des lits en réa; – non il n’y aura plus de lit sous peu! Et tout est au diapason! Pendant que Didier Raoult demande de garder son calme pour être en mesure de soigner comme il faut, Olivier Véran perd ses nerfs et applique une politique de la peur.

Alors que la campagne de tests d’un coût de 2 milliards ne sert visiblement à rien, il apparaît que nos hôpitaux n’ont pas plus de respirateurs dans les salles de réanimations que l’hiver dernier!!! La panique gagne les hautes sphères de l’état craignant d’être jugées responsables de cette situation lamentable. Le principe de précaution faute d’intelligence prévisionnelle est donc inévitablement à nouveau mis en exergue par un état con comme la lune et débordé. “Restez chez vous” est encore son mot d’ordre.

Tous ces faits sont en train de détériorer une situation politique qui n’en avait déjà pas besoin. Il y a longtemps que plus personne ne se posait la question de savoir si les décisions de l’état seraient respectées par la population française et leurs élus locaux, je ne parle bien sûr pas des territoires d’immigration qui ont déjà fait sécession, tant la police continuait sa répression. Olivier Véran est en train de réussir l’exploit de disqualifier le pouvoir central au point qu’il se trouve à travers la France contesté dans son autorité. Les bistroquets fermeront-ils à Marseille samedi? La réponse est si cruciale que le président de la région comme la maire de Marseille au départ vent debout contre le reconfinement mettent maintenant de l’eau dans leur vin espérant encore faire reculer le gouvernement pour éviter le chaos qui se profile. Il en va de la dislocation de l’état français.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?