Obligation vaccinale (suite)

Par mercredi 14 juillet 2021 Permalink 1

Angela Merkel s’est montrée catégorique : “Nous n’avons pas l’intention de suivre la voie que la France vient de proposer.” Elle parlait hier de l’obligation vaccinale instaurée par Emmanuel Macron. “Je ne pense pas qu’on puisse gagner la confiance en changeant ce que nous avons dit, c’est-à-dire pas de vaccination obligatoire”, a-t-elle ajouté.

Et Emmanuel Macron est bien loin de gagner la confiance des français, pas plus qu’il n’a visiblement le respect de la chancelière. Bien sûr deux tiers d’entre eux se sont dit d’accord d’après un sondage, mais on leur dirait de marcher les pieds en l’air, ils prendraient des cours de gymnastique. Ce sont ceux -ils ne sont peut-être pas 2/3, on connait les sondages…- qui sont naturellement en phase avec l’autorité quelle qu’elle soit, respectueux de n’importe quel pouvoir, sans esprit critique. Les autres sont scandalisés. Comme les allemands mais aussi les anglais ou les italiens, ils refusent de se laisser entraîner dans cette pente de la dictature sanitaire. Ils sont scandalisés et puis quoi? Et puis rien, alors l’état resserre la vis toujours plus fort.

Le pouvoir français a vu que le peuple bien pris en main était prêt à tous les renoncements alors que les allemands n’ont cessé de se rebeller à chaque loi prise à cause de l’épidémie un tant soit peu liberticide. En acceptant de rester enfermé, en acceptant de ne pas se réunir, en acceptant de ne plus se voir ou avec un foutu masque imposé dehors pour rien sinon pour voir jusqu’où les français sont prêts à plier devant l’autorité et il n’y a pas de limite, en acceptant même et c’est la honte ultime pour notre peuple, une honte à jamais gravée dans l’histoire, en acceptant de ne plus honorer ses morts dignement, en acceptant tout ça et le reste, le citoyen -mais en est-ce encore un?- baissait la tête comme il baisse la tête tous les jours face à sa perte de souveraineté ou à l’invasion migratoire à laquelle les oligarques le soumettent; il courbe l’échine, il perd une fois pour toute le droit de dire non.

Le président sans scrupule -mais pourquoi en avoir devant des lâches- a compris qu’il ferait ce qu’il veut de gens qui ont oublié leur histoire, la gloire de leurs ancêtres, la grandeur de la France. Ils sont devenus bons qu’à regarder des militaires défilés espérant l’impossible sans avoir à s’en mêler, comptant sur les autres et jamais sur eux-mêmes. La révolte des gilets jaunes étaient le spasme d’un mourant. Couchez maintenant!

Et vite, sur doctolib pour la piquouse! Les moutons en ont eu l’instruction.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?