Notre Dame versus Basilique St Denis

Par vendredi 19 avril 2019 Permalink 4

La basilique de Saint Denis a perdu sa flèche il y a près de deux siècles suite à un coup de tonnerre malheureux. Cette sœur aînée de Notre Dame de Paris, gothique sans renier l’art roman, n’a jamais bénéficié de la même attention que l’église parisienne. On s’est habitué à la voir mutiler bien que les dyonisiens, du temps où la ville n’était pas encore musulmane mais beaucoup bretonne (je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans…), rêvassent d’une reconstruction que la glorieuse histoire de la nécropole des rois de France eut justifié. De nos jours, la basilique n’est plus qu’un monument laïc, sans office religieux, ouvert aux touristes férus d’histoire de France qui osent encore s’aventurer dans cette banlieue sordide où l’islamisme radical s’est implanté sans rival y interdisant tout ce qui n’est pas halal. La municipalité communiste ou directement issue du mouvement s’est emparée récemment de l’idée de reconstruire la flèche disparue. Ce qui devient intéressant, c’est qu’elle a une optique totalement inverse à celle d’Emmanuel Macron qui veut boucler les travaux de Notre Dame au plus vite, ses 5 ans correspondant certainement aux JO de Paris devenus l’alpha et l’omega des grands projets “rassembleurs” de l’état… Donc, de son coté, l’équipe de la mairie de St Denis souhaiterait entamer les travaux de la flèche sans jamais les finir! Cette version moderne du mythe de Sisyphe à voir sans doute comme une nouvelle punition à l’encontre des chrétiens comme Sisyphe fut punit par les dieux, permettrait d’organiser une visite du chantier aux touristes, oui, c’est exactement ça, et de les promener dans les combles pendant des années et des années, chaque avancement du chantier devant vraisemblablement être détricoté comme Pénélope fait pour ne jamais terminer sa tapisserie. Beau symbole d’acharnement laïcard contre une pauvre église qui n’en est même plus une!!!

L’exemple de Saint Denis témoigne assez judicieusement de ce que peut devenir Notre Dame une fois l’émotion retombée, une fois que les fadaises des responsables politiques seront oubliées. Les belles paroles du Grand rabbin de France sont bien optimistes: «Oui, nous reconstruirons. C’est un jour de tristesse mais il y aura un jour de joie, on reconstruira, on inaugurera Notre-Dame qui est la maison de tout le peuple.»

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?