Notre Dame de Paris

Par vendredi 2 avril 2021 Permalink 1

En l’absence de veillée pascale interdite pour cause de covid, une très jolie cérémonie du jeudi saint à Notre Dame de Paris était sans commentaire retransmise du Cnews : lavement des pieds de 6 disciples, lecture de textes par 2 comédiens de la Comédie Française, piano, violon et chants accompagnant ces moments avec le bel Ave Maria de Gounod. A part les officiants en tenue liturgique, les quelques profanes étaient habillés en combinaison bleu et des casques de chantier étaient posés sur un ban en évidence, histoire de ne rien oublier. Tout cela avait lieu dans un magnifique petit coin de la cathédrale, apparemment épargné, la chapelle des Sept Douleurs. Décidément le beau est la meilleure façon de croire en un être suprême.

Voilà presque deux ans que Notre Dame de Paris a pris feu. “Les ultimes investigations dans les gravats au cœur de la cathédrale pour tenter de déterminer l’origine de l’incendie sont terminées, selon une source policière. L’analyse des prélèvements est en cours”. Il s’agit toujours de trouver des indices sur l’origine criminelle ou accidentelle de l’incendie. Par un travail long et très complexe, la dernière phase de l’enquête menée par la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire, explore toutes les hypothèses, aucune n’étant encore officiellement rejetée. A l’évidence le doute persiste mais comment ici ne pas se souvenir de nos médias qui immédiatement ont exclu tout attentat terroriste! Elle est belle la propagande! Le mal est fait. Quoique découvrent les enquêteurs, il semble maintenant impossible qu’il y est un autre son de cloche que l’accident ou alors peut-être le plus probable et cela commence déjà à circuler avant la fin des analyses, il sera dit simplement qu’il est impossible de trouver l’origine du feu. L’épidémie de covid a bien sûr opportunément été mise dans l’équation pour prétexter un ralentissement depuis un an les investigations. Et évidemment plus le temps passe, plus les chances de trouver des indices sur les causes du sinistre s’amenuisent.

Voilà deux cents ans que le bâtiment n’avait pas brûlé. Mégot mal éteint ou coupe circuit électrique restent et resteront les deux seules raisons tolérées par la bien pensance laissant aux complotistes la possibilité d’un acte criminel dans une France qui vit pourtant au rythme des attentas islamistes depuis 10 ans. D’ailleurs, l’église bien soumise à l’islam, s’en satisfait tout à fait.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?