Nos chances pour la France ont encore frappé

Par mardi 2 janvier 2018 Permalink 5

Difficile de ne pas parler des exactions en banlieue perpétrées par nos chances pour la France. L’immaturité de la société française due à l’immigration exagérée n’aura bientôt rien à envier aux pays en voie de développement. C’est entièrement voulu puisqu’on cherche à faire des français des sous-développés. D’ailleurs, pour Gérard Collomb, les festivités se sont bien passées! Nous transformer en masse hébétée, laborieuse à l’occasion, inculte, frustre, brutale est une mission au service des plus riches. Les maîtres se foutent des mouvements de rébellion, les réclament même à Aulnay ou Champigny puisque c’est nous qui en sommes victimes comme ces pauvres policiers tabassés et c’est nous qui en payons les dégâts. Diviser pour régner.

L’école publique dorénavant est devenue un lieu d’abêtissement. L’idée est de mettre les jeunes français au même niveau que les mômes des migrants qui ne parlent pas chez eux dans notre langue. Plus on sera cons, mieux les élites se maintiendront. Evidemment avec les cons, il faut supporter leurs crises de folies, leur violence spontanée qui vraisemblablement cherche à exprimer quelque chose mais comme les mots manquent, que l’expression même orale est difficile, ces révoltes ne sont plus que celles de brutes épaisses. Alors tous les abrutis haineux qu’on fabrique, concentrent leur sauvagerie sur les services de l’état à portée de leur poing occupés par des gens du même milieu que le leur, au lieu de débouler Faubourg Saint Honoré et tout bousiller. Pour eux, l’état est encore un truc de blancs, de babtous. Il n’y a qu’à voir le comportement de députés comme Obono! Même celles qui ont un peu plus d’instruction, le pensent et restent caparaçonnées dans ce qu’elles croient être leur culture d’origine en la revendiquant comme s’il s’agissait d’un nec plus ultra alors qu’elle ne leur a jamais donné les outils nécessaires pour ne pas être victime de la colonisation… Ne nous y trompons pas! Une autre forme de colonisation est en cours dans notre propre pays.

La jeunesse française est dans sa majeure partie devenue un boulet. Le siècle des ténèbres est le nôtre. La ploutocratie s’en satisfait pleinement. Tous les demeurés sont une chance pour la mondialisation, celle aux milliardaires apatrides et aux robots remplaçant l’homme. La débilité des voyous d’hier est garante de la continuation des injustices sociales, des trous béants existant entre les différentes classes sociales. Nos chances pour la France ont encore mieux frappé à ce nouvel an que l’année précédente. Les consternants progrès de ces jeunes bêtes et méchants assurent l’inéluctable pourrissement de notre pays.

Frédéric Le Quer