Noël éclipsé

Par vendredi 15 décembre 2017 Permalink 7

Les fêtes de Noël deviendraient-elles des fêtes pour les riches? En se promenant à Paris, le badaud est surpris que ce moment n’est plus du tout visible dans les rues populeuses de la capitale. Certes, on ne regrettera pas les marchés, leur charcuterie industrielle et leur vin chaud dégueulasse! Néanmoins, quasiment rien ne souligne ce moment jusque là particulier sur les grands boulevards à part bien sûr les Grands Magasins du boulevard Haussmann et curieusement les pizzerias du boulevard des Italiens qui affichent toutes en vitrine leurs guirlandes. Place de La République, place de la Nation, place d’Italie, place de la Concorde, place Denfert-Rochereau, place de l’Etoile, place Pigalle… Nulle part, aucun sapin, aucune lumière. Si on était en février, ce serait pareil! En revanche en se glissant dans les galeries commerçantes de la rue Royale, dans quelques endroits ciblés du sixième arrondissement ou encore place Vendôme, les sapins verts et les lumières rappellent aux plus riches cette joyeuse période où consommation rime avec la naissance de Jésus et la nouvelle année.

Qui y a-t-il la dessous? Le paranoïaque qui est en moi, subodore déjà un complot. D’ailleurs, soyons très clairs sur ce point: ce n’est pas parce qu’on est paranoïaque qu’on ne peut pas réellement être persécuté. Mais quel complot? Réserverait-on à l’avenir le christianisme à une élite financière? Ces gens deviendraient les gardiens d’habitudes ancestrales. Quant au reste de la population, il s’agit petit à petit de lui faire oublier ces réjouissances et quoi de mieux pour y parvenir que de les ignorer au niveau politique, politique dans le sens de l’administration de la cité. La déchristianisation s’organise alors pour le peuple. Google, quand on tape “fêtes de Noël ” explique déjà en premier que c’est “une fête d’origine romaine célébrée chaque année”! Oui, oui. Essayez! Il semblerait donc que Noël doive mourir dans l’inconscient collectif. Le souci de ne pas donner la primauté à une religion sur une autre amène à la négation d’une culture, à la remise en cause des traditions. Mais peut-être a-t-on le souci de modifier purement et simplement la religion du peuple à grande échelle. L’islam a cela d’intéressant pour tous les pouvoirs en place, tous les conservatismes, qu’il fabrique, avant tout, des moutons à qui on ne promet rien sur terre mais monts et merveilles dans l’au-delà! Et l’au-delà, ça ne coûte rien!

2017 passe donc à coté des fêtes de fin d’années. C’est triste. Heureusement qu’il nous reste Johnny pour “faire société” comme on dit en nouveau français…

Frédéric Le Quer