Nicole Belloubet, démission!

Par jeudi 30 janvier 2020 Permalink 2

La jeune française Mila a donc été abandonnée par son pays pour avoir osé critiquer l’islam. La lèche-babouches, Nicole Belloubet, garde des sceaux de son état, a pris parti pour les islamistes contre la loi de la république. “L’insulte à la religion”, dit-elle “c’est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, c’est grave”. La ministre n’en est pas à son coup d’essai (voir image à la une) et ne cesse de donner des gages de soumissions aux musulmans les plus extrémistes. Sa dhimmitude n’a d’égal peut-être que son sentiment de supériorité vis à vis des hordes… barbares (comment dire autrement face aux menaces de mort que subit Mila?) qui déferlent sur notre sol comme jamais depuis l’élection de Macron. Elle n’est surement pas convertie à l’islam, elle se croit juste meilleure, supérieure, et au lieu de jouer son rôle institutionnel, elle se pense comme une bourgeoise, dame patronnesse de l’extrême (!) se penchant sur les damnés de la terre avec compassion et prête à sacrifier hommes, femmes et enfants français pour leur venir en aide. Dans cet épisode d’actualité, elle abandonne une adolescente qui blasphème au lieu de la soutenir mordicus. Belloubet fait là un pas de géant vers une nouvelle notion juridique pour le pays: France, république islamique.

Nicole Belloubet serait seule dans ses délires islamisés, on pourrait peut-être s’en sortir. Mais l’odieux silence des “me too”, des “balance ton porc”, des associations LGBTQ qui laissent Mila sans soutien montre une nouvelle fois que dès qu’il s’agit d’islam il n’est plus question de droits de l’homme. Les droits de l’homme s’arrêtent où l’islam commence. Les lois de la république s’arrêtent quand Nicole Belloubet ouvre sa grande bouche flasque au rictus méprisant pour tout ce qui a le malheur d’être français de souche.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?