Nicolas Schöffer (1912-1992)

Par samedi 9 novembre 2019 Permalink 1

Sculpteur d’origine hongroise installé à Paris depuis 1936, Nicolas Schöffer se conçoit comme un artiste ingénieur travaillant dans la ville pour la société. Artiste multidisciplinaire, représentant majeur de l’art cinétique, précurseur de l’art électronique et numérique, il explore dans des formes les plus diverses «l’intégration constructive et dynamique de l’espace dans l’oeuvre plastique». Vous remarquerez ce jargon venu d’un temps où le progrès des sciences faisait encore rêver! Alors continuons dans cette veine un peu nostalgique… Nicolas Schöffer développe ses concepts de « spatiodynamisme», de «luminodynamisme», d’«art cybernétique» (à Liège est conçu par lui une tour cybernétique, par exemple), de «chromodynamisme», fondés sur l’usage des nouvelles technologies appliquées à tous les domaines de l’espace, de la lumière et du temps. Si ses premières sculptures en métal datent du milieu des années 1940, il va se faire connaitre avec ses sculptures animées d’un mouvement mécanique, de lumière et de son. Puis très soucieux d’un art ouvert au plus grand nombre, il réalisera entre autres la première oeuvre d’art fabriquée d’une manière industrielle en grande série.

En une, une oeuvre monumentale, Lux “sculpture spacioluminodynamique”, 1974-1975, acier découpé, 280 x 110 x 113 cm qui fut vendu le 7 mai 2015 à Drouot par Christophe Joron-Derem 46 324 €. Ci-dessous, la sculpture en éléments de métal assemblés, avec 1 amovible Dim.: 56 x 40 x 27 cm, fit 7000 € cher Yann Le Mouel.

Ci-dessous, la petite sculpture lumino-dynamique avec son manuel d’utilisation, Edition Artcurial, Paris, Hauteur : 22 Largeur : 13 cm s’échangeait contre 1300 € le 29 septembre 2019 chez Artcurial.

Terminons par l’oeuvre appelée MICROTEMPS, CIRCA 1962-1964, Caisson en bois, plexiglas, métal, système lumineux et système électrique 45 x 95,5 x 54,5 cm qui fut adjugé chez Cornette de St Cyr 7 728 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?