Netflix, racisme, racialisme, victimisation

Par lundi 1 mars 2021 Permalink 1

Le mieux pour dire la façon dont Netflix aborde les sujets du racismes, du racialisme, du néocolonialisme est de retranscrire une scène d’une nouvelle excellente série appelée Ginny & Georgia.

Le contexte: Une ado métisse afro se plaint à son petit ami, un ado métis au père taïwanais, de ne pas avoir gagné un concours de dissertation alors que son petit ami, lui, l’a gagné. Un prof typiquement WASP jugeait les devoirs pour une classe composée surtout de blancs.

  • Non conventionnel! ça veut dire quoi pour toi. Le prof est carrément raciste. Tu crois que je ne méritais pas de gagner
  • Ta disserte était percutante. J’ai adoré. Mais ce qu’on devait faire était une disserte. Ce n’est pas vraiment ce que tu as fait. C’est pour ça que tu étais non conventionnelle.
  • Je rêve où tu prends le parti du prof. T’es sérieux?
  • Moi je pense que si tu t’inquiètes tellement de ce qu’il pense de toi, pourquoi tu fais des histoires dans sa classe?
  • Il faut que je m’exprime parce que je suis une personne. J’ai un point de vue. Tu es un artiste, tu devrais comprendre.
  • Je fais profil bas et suis les consignes données.
  • Et ça te convient?
  • Pourquoi j’en ferais tout une histoire?
  • Parce que t’es à moitié taïwanais.
  • C’est ça, Je ne suis pas tout à fait blanc du coup le prof n’est pas tout à fait raciste.
  • En tout cas on n’est pas logé à la même enseigne. Selon les stéréotypes, les asiatiques sont de vrais génies, ils sont talentueux, ce sont des prodiges, alors que nous les femmes noires on est stupides, fainéantes, en colère
  • D’être taiwanais ça implique qu’à 19 ans je devrais faire mon service militaire. Comme je suis aussi américain, je pourrais renoncer à ma nationalité mais ça ferait de moi un déserteur et une mauviette. Quand je suis allé à Taiwan, je me suis dit génial, je suis enfin chez moi. Mais je me suis pris une claque. J’ai réalisé, non ce n’est pas chez moi non plus. T’as pas la moindre idée de ce que c’est pour moi. Désolé si ça ne correspond pas à ton idée du mec cool.  J’ai bossé très dur sur ma disserte et j’ai suivi les consignes.
  • Parce ce que tu crois vraiment que si j’avais suivi les consignes, j’aurais pu gagner? T’as rien compris en fait. Toi t’es plus blanc que je serai jamais.
  • A nous deux on fait un blanc entier
  • Non tu n’es pas à moitié asiatique
  • Désolé si je ne suis pas assez chinois pour toi. D’ailleurs, j’ai bien aimé ton poème mais tes rimes pour du slam auraient pu être mieux travaillée. Je ne t’ai jamais vu non plus manger du poulet épicé. Alors à quel point es-tu noire?
  • Je te demande pardon?
  • Quoi? Sérieux, quoi? Si tu veux jouer à ça, on va jouer les J O de l’oppression…

Voilà, je trouvais que cette scène bourrée de clichés finissait par en dire long. A vous de voir! En tout cas si vous avez Netflix, la série est à visionner.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?