Muriel Pénicaud, toujours plus dure!

Par samedi 8 février 2020 Permalink 4

Jeudi 30 janvier à l’Assemblée nationale, les députés En Marche et le gouvernement ont rejeté une proposition de loi UDI demandant d’instaurer un congé de 12 jours au lieu de 5 pour les parents endeuillés. Pour justifier le rejet sans même chercher le moins du monde à financer l’idée au niveau des petites entreprises, Muriel Pénicaud s’est fendue de ce genre de réflexion, “la question n’est pas de savoir s’il faut donner un répit à ces parents éprouvés [mais] s’il est normal que ce soit l’entreprise qui paye à 100 %, et non la solidarité nationale”, une de ses collègues de LREM précisant que ” quand on s’achète de la générosité à bon prix sur le dos des entreprises, c’est quand même un peu facile”. C’est sûr, les congés payés sur le dos des entreprises, c’était quand même un peu facile et il faudra que le macronisme remédie à ce type d’avancée sociale complètement exagéré pour le mettre éventuellement sur le compte de la solidarité nationale!!!

Derrière la ministre de la république, l’ex DRH de Danone ayant gagné près de 5 millions d’euros grâce au plan de licenciement qu’elle y avait concocté, se faisait mesquinement la comptable scrupuleuse des dépenses des sociétés privées qui, concernant celles cotées en bourse, n’ont jamais versé autant de dividendes qu’en 2019.

Mais chaque médaille ayant son revers, comme pour Emmanuel Macron ou comme pour Edouard Philippe, la colère du peuple ne permet pas à la Pénicaud de sortir dans la rue sans être entourée d’une compagnie de CRS. Hier encore, une manifestante, dans le Dauphiné, a envoyé une boule de neige ou un yaourt blanc, la question n’est pas tranchée, sur la voiture de la ministre. L’opposante pour ce geste somme toute bien bénin, a passé de longues heures en garde à vue!

Dur avec les forts et doux avec les faibles, est ce qu’on pourrait attendre de ceux qui gouvernent. Mais, Muriel Pénicaud, par principe, par sadisme, par intérêt de classe, est toujours dure avec les faibles suivie en cela par le premier ministre qui l’adore et bien sur le président qui comme à son habitude ment et fait semblant en demandant hypocritement à la cantonade de “l’humanité”.

Alors bien dans la ligne du macronisme, aimant à se pavaner à Davos entre riches avec à son actif la brutale réforme du chômage, Pénicaud, casquée de son indéfrisable, devient la femme qui rit dans les cimetières… d’enfants!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?