Michel Onfray

Par mardi 12 mai 2020 Permalink 2

Michel Onfray était à la télévision hier sur Cnews. Le philosophe, homme de média, blogueur et militant politique est un bon client; il affole l’audimat à chacun de ses passages. C’est notre Beppe Grillo à nous, idole des réseaux sociaux. Les humoristes du calibre de Coluche ou Thierry Le Luron ont maintenant disparu mais les intellectuels à la pensée alternative font désormais recette. Onfray est certainement le plus emblématique. Certes son débit est un peu rapide mais il a compris qu’une ou deux idées fortes lui permettaient de décliner sa pensée allant du localisme, girondisme au souverainisme tout en mettant en exergue un prisme anti élitaire.

Si l’auditeur creuse un peu, il regrettera l’absence totale de contextualisation dans le discours. Je veux dire par là que rien n’est dit sur ce qui a amené la France à être ce qu’elle est devenue, les forces qui ont poussé des politiques pas forcément malhonnêtes à se faire les hérauts du marché libre, de la concurrence pure et parfaite, de la globalisation, de l’immigration outrancière, etc… Bref, à la question de savoir pourquoi la France s’est perdue dont la réponse aiderait peut-être à ce qu’elle se retrouve, une sorte d’analyse proustienne non pas à l’échelle d’une classe sociale et de sa psychologie mais à celle d’un pays, Onfray ne répond pas. Il survole citant le virage économique de Mitterrand en 83, la ratification du traité de Maastricht, la constitution européenne agréée contre l’avis des français. Il a raison mais on aimerait le voir aller plus au fond et se frotter à l’environnement qui s’est arrangé pour rendre inéluctable ces phénomènes qui maintenant correspondent à une maltraitance du peuple de la part d’un milieu sans frontière, mondialiste.

Mais ne boudons pas le plaisir qu’il y a à entendre une voix dissonante! Elle est en train de fabriquer un parti politique, une sorte de mouvement 5 étoiles où le peuple, le petit peuple est l’alpha et l’oméga des préoccupations. Michel Onfray risque de déranger l’establishment politique français comme Beppe Grillo l’a bouleversé en Italie. Comme il est douteux qu’il ait le charisme de l’italien, il lui faudra en revanche le courage d’aller jusqu’au bout et de ne pas déléguer comme l’a malheureusement fait le transalpin. Ce n’est pas ce qu’il laissait entendre hier et dans ce cas il ne servira à rien sinon à aider ceux qu’il combat en divisant encore un peu plus les voix d’opposition à la mondialisation. Etre ni de droite, ni de gauche n’a de sens qui si la figure d’un homme providentiel émerge pour rassembler un peuple désemparé. Si Onfray s’en sent capable, pourquoi pas? Au moins c’est un honnête homme, intelligent, cultivé, littéraire, le genre que les français aiment bien en général…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?