Maurice Utrillo (1883-1955)

Par dimanche 30 juin 2019 Permalink 1

96 oeuvres signées de Maurice Utrillo ont été présentées dans les salles de vente aux enchères depuis octobre 2018. Parmi elles, une était un faux d’après l’association Maurice Utrillo. Le quartier Montmartre à lui seul fournit le sujet de centaines de tableaux. L’artiste est particulièrement prolifique. Il commence à peindre à la manière d’une thérapie, conseillé par sa mère Suzanne Valadon, elle-même peintre et modèle, pour lutter contre un alcoolisme précoce. Maladie et internement rythment sa vie. Son amour maternel compensant un père inconnu puis un mariage, un temps, salvateur donnent quelques clés de la personnalité d’un individu qui eût pu être le héros d’un écrivain naturaliste tant l’atavisme semble être porté comme le rocher de Sisyphe. Constamment Utrillo rechute, malgré une carrière qui n’a pas été sans connaître le succès.

Et maintenant 3 exemples de prix. Le tableau en une vendu par Christie’s en 2016 correspond à la période blanche de l’artiste, la plus recherchée, celle d’avant la première guerre mondiale, au cours de laquelle il travaillait parfois avec du plâtre de la butte Montmartre. 114.3 x 195.6 cm la toile fit 430 800 €. Ci-dessous, une vue de la rue du Mont-Cenis à Montmartre vers 1949, la période colorée, 58 x 70 cm, fut adjugée 75 300 € chez Besh Cannes auction.

Terminons par un dessin aux crayons de couleur, enlevé mais néanmoins d’un genre qu’on a l’impression d’avoir vu mille fois! Ce moulin de la Galette à Montmartre, donc, vers 1934, 23 x 22 cm. s’envola jusqu’à 11 300 € chez Ivoire-Boisseau-Pomez ovv.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?