Maurice Brianchon (1899-1979)

Par dimanche 2 février 2020 Permalink 2

Maurice Brianchon est un peintre dont on regrette la cherté de ses tableaux sereins, à la technique rigoureuse et merveilleusement colorés. On a envie d’avoir chez soi un de ses paysages, une de ses scènes de genre, une nature morte, pourquoi pas, qui ont un je-ne-sais-quoi de sensibilité les rapprochant souvent du petit chef d’oeuvre. L’artiste fait la synthèse entre impressionnisme et fauvisme pour le bonheur de l’observateur. On pense parfois à Matisse en regardant son travail.

Né et élevé dans la Sarthe, Brianchon monte à Paris pour une carrière dont il apprend les bases d’abord aux Beaux Arts puis à l’école des Arts Décoratifs avec comme professeur Edouard Morand, le père de l’écrivain, Paul Morand. Peut-être est-ce à cause de ses premières commandes venues de l’opéra de Paris, mais toute sa vie Brianchon travaillera pour les scènes parisiennes comme par exemple avec Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault. Concernant ses tableaux la période la plus recherchée des amateurs est celle de sa quarantaine. Il habitait pendant la guerre dans le XVIe arrondissement. Par la suite son atelier du Périgord deviendra l’antre du maître.

Parlons argent! En une, “L’atelier de Truffière”, 1968, huile sur toile 65 x 81 cm faisait 24 000 € chez Maunier & Noudel Deniau svv à Toulon. Ci-dessous, même jour, même endroit, il fallait prévoir pour “Sur la plage”, une huile sur toile, 97 x 162 cm, 60 000 €.

Plus récemment à Toulon aussi, le 22 juin 2019, “Le repos, nu costumé”, huile sur toile, 65 x 92 cm, s’échangeait contre 24 924 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?